pub
Coopération

Lutte contre la prolifération des armes légères et petits calibres

Advertisement

Des experts gouvernementaux de la CEDEAO se sont retrouvés à Lomé et depuis mardi, ils sont en colloque pour examiner et adopter un guide d’harmonisation des législations nationales sur les armes légères et de petits calibres en Afrique de l’Ouest. Cette rencontre qui prend fin aujourd’hui a pour but de faciliter la mise en œuvre judicieuse de la convention de la CEDEAO sur les armes légères, de petits calibres, leurs munitions et autres matériels connexes.

Malgré les différents efforts consentis dans chaque pays notamment la ratification de la convention de la CEDEAO sur les armes légères et petits calibres, la mise en place d’une législation ad’hoc règlementant l’achat et la détention des armes à feu par les populations civiles, les dispositions juridiques demeurent souples et diversement appréciées. Ainsi l’insécurité va sans cesse grandissante dans l’espace CEDEAO.

Pendant 3 jours les experts gouvernementaux, des magistrats pour la plupart, sont appelés à avoir une même compréhension des principes, des concepts utilisés et des mécanismes opérationnels pour concilier la lettre, l’esprit de la pratique juridique et les réalités nationales sur l’utilisation des armes légères et de petits calibres (ALPC).

Les travaux de cette assise prévue pour prendre fin jeudi prochain, a pour objectif d’examiner et adopter un guide pour l’harmonisation des législations sur les armes légères et de petits calibres. Aussi, Les pays doivent prendre des mesures strictes et contraignantes pour contribuer à la réussite de cette action qui concoure à la sécurité sociale des peuples et des Nations.

Selon le ministre de la sécurité et de la protection civile le Colonel Gnama LATTA «il existe plus de 200 millions d’armes légères qui circulent et qui sont détenus par les populations civiles».
A cet effet, a-t-il interpellé les uns et les autres à s’investir pour éviter que la sous-région ne devienne une perpétuelle poudrière, une zone d’instabilité et d’insécurité pour les populations.

La convention de la CEDEAO, faut-il le rappeler, est un acte de foi, celui de lutter effectivement contre la prolifération des armes légères et de petits calibres.

Ayi ATAYI

Togoportail, toute l’actualité en temps réel

Advertisement