pub
Education

Fermeture de l’UL

Advertisement

Bientôt une semaine après la fermeture de l’Université de Lomé et le bout du tunnel est loin d’être trouvé. Au moment où les étudiants continuent par revendiquer des meilleures conditions d’études, les autorités universitaires font des sorties médiatiques incendiaires. Les premiers responsables de l’Université de Lomé trouvent la plus part des revendications des étudiants contradictoires et ne comptent pas leur trouver des réponses positives dans l’immédiat. Les étudiants de leur coté ne décolèrent pas.

Reçu dans l’émission Appel sur l’actualité sur RFI, le professeur Gbikpi-Benissan a pris soin d’expliquer au monde entier le système LMD. Interpellé sur les difficultés rencontrées quant aux mesures transitoires décriées par les étudiants, le professeur a estimé qu’il n’y a aucun problème et que la transition a bien débuté depuis 2005. Si tout se passe si bien comme le dit le Prof Gbikpi-Benissan, alors pourquoi tant de remue-ménage ? On se souvient encore, les étudiants étaient appelés à composer les dimanches en 2010. Pire encore pour la première fois la faculté de droit de l’Université de Lomé n’a pas délivré de licence LMD à la fin de l’année académique 2009-2010. Doit-on comprendre que sur près de 500 étudiants même pas un seul n’est digne de ce diplôme?

Le président de l’Université le professeur Ahadji Nono a dans une entrevue accordée aux confrères de la radio fréquence1 dénaturé les revendications des étudiants. Il est par exemple revenu sur le souhait exprimé par les étudiants de revenir dans le système arithmétique en jugeant que cela était contraire au système LMD. En réalité les étudiants exigent que ceux qui ont commencé leurs études universitaires dans l’ancien système y continuent. Si cela est autorisé dans certaines facultés comme la FLESH pour pas en FDD?

Comme si cela ne se trouvait pas sur la liste des revendications, le Prof agrégé des facultés de Droit s’est abstenu de rebondir sur la question des cessions de rattrapage.

Concernant le problème des tranches universitaire le prof s’est dédouané en déclinant sa compétence mais a ce pendant estimé que les aides encouragent la « médiocrité ».

Rappelons que Prof. Nono avait fait une sortie médiatique ratée la veille du soulèvement des étudiants, estimant que c’est un petit groupe qui manifeste. Ce qu’il n’a pas eu le courage de corriger même après la fermeture de l’Université.

Les propos des premiers dirigeant de l’Université de Lomé n’étant pas de nature à calmer les tensions on doit encore s’attendre à d’autres pages de ce feuilleton qui commence par inquiéter plus d’un.

Roger ADZAFO pour Togoportail

Togoportail, toute l’actualité en temps réel

Advertisement