pub
Culture

Essénam Kokoè Kouévi, publie un Myriam ou la Rose Noire

Advertisement

Myriam ou la Rose Noire, c’est le nom d’un ouvrage dont la dédicace s’est tenue le 30 avril 2011 passé. Essénam kokoè Kouévi, une demoiselle de 21 ans, l’a écrit quand elle avait encore 16 ans. L’auteur vient augmenter le cercle de ceux qui se sont donnés à cet exercice et étoffer, pour le bonheur du lectorat togolais, la liste des rares femmes écrivains du Togo.

Certes, Kokoè est très jeune mais elle réfléchit en grande. Ce contraste est un exemple de ce que peut une âme bien née. Elle a su peindre à sa manière les nouvelles formes d’esclavage: la domestication et la traite des enfants dont sont victimes les jeunes filles d’aujourd’hui.

Myriam, une jeune et belle fleur (la rose) est très tôt noircie par les vicissitudes de la vie : viol, prostitution, esclavage, misère, les maladies sexuellement transmissibles, décès.

Le roman finit par un mariage de deux amoureux épris l’un de l’autre où Myriam est la mariée. Fin tragique et évocatrice, elle aura à souffrir de tous les aléas de cette vie.

Pour tous les amoureux des bibliothèques, Myriam ou la Rose Noire est une invitation à se sentir concerner par les nouvelles formes d’esclavage. Ouvrage intéressant, que tout le monde doit lire pour se rendre compte des réalités de nos jours ! Achille D.

Advertisement