pub
Développement

Togo/NSCT:  plusieurs facteurs expliquent la contre performance de la saison 2019-2020

Advertisement

À la fin des années 2005 et au début des années 2018, le gouvernement togolais s’était engagé dans une grande réforme de sa politique agricole. Laquelle reforme touche particulièrement certains secteurs clés comme la production du Coton. Mais force est de constater que ces réformes peinent à prendre forme surtout dans le secteurs du coton. Quelles étaient les difficultés auxquelles ces réformes étaient confrontées?

Outre les facteurs naturels, les rendements élevés de coton résultent essentiellement de la quantité des services fournis avant la récolte (fourniture de crédits intrants, en particulier les engrais et les services de vulgarisation), généralement mieux assurés dans des marchés.

Néanmoins, deux questions subsistent : (1) les petits producteurs perçoivent-ils une part plus faible du prix mondial dans un marché réglementé, et si oui, dans quelle mesure ?, et (2) des rendements plus importants peuvent-ils ou non compenser un coût plus élevé en intrants ? Des réponses à ces questions peuvent être apportées en comparant le revenu net des petits producteurs.

“Insatisfait du rendement modeste de la campagne 2019-2020 (116.000 tonnes de coton graine) à seulement deux (02) ans de l’échéance fixée pour atteindre les 200.000 tonnes annuelles, le Togo mise cette fois-ci sur une forte production en remobilisant autour de la filière, les travailleurs déterminés, formés et dévoués”.

Cette contre performance a précipité le gouvernement qui a cédé une part importante à OLAM groupe qui veut redynamiser le secteur en conformité avec l’axe 2 du Programme National pour le Développement (PND).

Prudence A.

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire