pub
Société

Des PME et animateurs des ONG partenaires du PAEIJ-SP formés à Atakpamé

Advertisement

 

 

Le Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP) a ouvert lundi 30 juin à Atakpamé et ce pour quatre jours, un atelier de formation sur la mise en place des sociétés coopératives et la mutation des regroupements.

Ils sont plus de quatre-vingt techniciens PME et animateurs des ONG partenaires du PAEIJ-SP à prendre part à cet atelier financé par la Banque Africaine de Développement (BAD), dont l’objectif est de contribuer à créer les conditions d’une croissance économique plus inclusive à travers l’auto-emploi et l’insertion des jeunes dans l’économie formelle au Togo.

C’était en présence du représentant du directeur régional de Plan et Aménagement, ALLI Essosinam, du coordonnateur d’ANADEB-Plateaux, KAMETI Ati Dodji, de l’expert secteur privé, KLUVI Komlan.

Le représentant du directeur régional de Plan et Aménagement, ALLI Essosinam, du coordonnateur d’ANADEB-Plateaux, KAMETI Ati Dodji, ont témoigné leur Chef de l’Etat qui s’attelle courageusement à transformer de manière structurelle notre économie dans l’espoir de la placer sur le chemin de l’émergence à travers le PND. Ils ont exhorté les participants à plus d’engagement pour l’atteinte des objectifs du projet.

Selon l’expert du secteur privé, KLUVI Komlan, “il s’est agi de renforcer ces techniciens à la démarche conduisant à la constitution des SCOOPS selon le nouvel acte uniforme de l’OHADA ; à partager avec eux les règles de fonctionnement des SCOOPS; les former à l’utilisation des outils de gestion entrepreneuriale des coopératives au plan administratif, organisationnel; financier permettant d’accompagner efficacement ces nouvelles structures que sont les SCOOPS et les SCOOP-CA en tant qu’entreprises agricoles rentables et capables de rendre des services à leurs membres; d’assurer aux participants une formation sur le suivi, l’appui, l’accompagnement et des mesures de performance des coopératives en tant qu’entreprises agricoles”.

« Aujourd’hui, le projet a réussi à mettre en place une quinzaine de Clusters agroculturiels avec 18 PME/PMI,1420 primo-entrepreneurs individuels et près de 200 groupements dont près de 90% de ces groupements ont de la peine à migrer vers de véritables sociétés coopératives dites véritables entreprises agricoles », a indiqué KLUVI Komlan.

 

Landrykoss

 

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire