pub
Environnement

Togo: PRAPT, un projet de grande envergure pour les riverains

Advertisement

 

Le Togo est un pays diversement riche en ressources minières, halieutiques,fauniques, forestières et autres. Ces ressources contribuent à l’éclosion de l’écotourisme dans le pays. Pour renforcer ces acquis, le Togo et ses partenaires ont initié le Projet de renforcement du rôle de conservation du système national d’aires protégées du Togo (PRAPT). Pourquoi un tel projet?

Suite aux bouleversements socio-politiques qui ont agité le pays dans les années 90 et au retrait quasi-total des programmes de coopération pour le développement international, le système AP du Togo, en même temps qu’une grande partie des infrastructures du pays, a connu un sérieux déclin. Les parcs et les réserves nationaux sont mal gérés, il n’existe pas de stratégie globale de gestion des AP, les cadres juridique et politique sont inadéquats, les ressources sont très limitées et le personnel ne dispose pas des moyens, de la formation et de la motivation nécessaire pour faire son travail.

Dans la Réserve de faune Oti-Mandouri et le Parc national de la Kéran adjacent, les limites des AP ne sont pas respectées et les communautés locales les ont envahies pour cultiver, faire paître du bétail et installer des villages, détruisant les habitats avec une exploitation non durable (feux de brousse,  bois de chauffage et production de charbon, chasse). Les conflits entre la faune, les paysans et les éleveurs s’aggravent, exacerbés par la pression supplémentaire qu’exercent les populations transhumantes et leur bétail, ainsi que les changements climatiques. La faune autrefois abondante a en grande partie disparu.

Cette situation menace la biodiversité de l’écosystème régional, car ces sites font partie de corridors traditionnels de migration des éléphants et autres grands mammifères. Il est urgent que le FEM aide à inverser cette situation avant qu’il soit trop tard, en rétablissant une AP fonctionnelle, en aidant les communautés avoisinantes à lancer des activités de gestion des ressources naturelles et de nouvelles activités génératrices de revenus durables (y compris dans l’écotourisme une fois les habitats et une partie de la faune restaurés), à rétablir un système national d’AP fonctionnel au Togo et à préserver les liens de l’écosystème régional avec les pays voisins pour permettre la migration de la faune et le repeuplement des AP par les animaux sauvages.

C’est justement ce contexte qui explique si bien le fondement ou la mise en place du PRAPT. Mais aujourd’hui la question que l’on se pose est de savoir si ce projet a pu renforcer le système national d’aires protégées ?

 

Prudence A.

 

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire