pub
Société

La quantité d’eau turbinée annuellement est de l’ordre de 13 millions de m3

Advertisement

 

Le Togo possède des ressources en eau suffisantes pour sa survie et son développement. Elles sont estimées à 19 milliards de mètres cube par an, soit environ 27% de la pluie (de l’ordre de 70 milliards de mètres cube par an). Mais ces ressources sont inégalement réparties en adéquation aux différents écosystèmes. Trois (03) principaux bassins constituent le système hydrographique du Togo. Il s’agit du bassin de la Volta qui draine sur 26.700 km2 (47% du territoire) les principaux fleuves (Oti, Kara, Mô) ; le bassin du Mono qui draine sur 21.300 km2 (38% du territoire) les fleuves (Mono, Anié, Amou) et le bassin du lac Togo sur 8000 km2 (16% du territoire) avec ses principaux fleuves que sont le Zio et le Haho.

Nous disposons de deux (02) aménagements hydroélectriques à Kpimé (près de Kpalimé) et à Nangbéto avec des capacités de 1,6MW et de 65 MW. La quantité d’eau turbinée annuellement est de l’ordre de 13 millions de m3/an. Les barrages de Nangbéto et d’Adjarala, quant à eux, sont tous deux à but hydro-agricole. Les 174 barrages et retenues d’eau recensés ont une capacité totale de 1,743 millions de m3. Au total, 39 sites ont été répertoriés dont 23 présentent un potentiel supérieur à 02 MW. Par ailleurs, des efforts sont déployés pour réaliser la gestion concertée des eaux internationales avec les pays voisins.

La gestion rationnelle, concertée et durable des ressources en eau demeure une préoccupation majeure dans l’atteinte des 17 Objectifs de développement durable (ODD). Pour faciliter l’accès à l’eau aux communautés et assurer la desserte en eau potable aux populations, des actions sont déployées en zone urbaine et rurale. Au Togo, 57,22% de la population avait accès à l’eau potable en 2017, un chiffre nettement en hausse de 15 points comparé à celui de 2013 qui était de 42%. Une avancée significative de 18% a été observée en milieu rural où le taux de desserte est passé de 47,3% en 2013 à environ 64% en 2018, rapproché à 2017 où il tournait autour de 57,7%. En milieu urbain, le taux de desserte était de 55% en 2018 avec près de 9500 forages à motricité humaine installés jusqu’ici.

Selon les informations, il existe encore des potentialités hydrographiques qui sont sous-exploitées. Toutefois, pour un usage efficace, il est nécessaire de mettre en place une politique de gestion intégrée des ressources afin d’en faire bénéficier tous les secteurs socio-économiques du pays.

 

Landrykoss

 

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire