Advertisement
Santé

Aimes-Afrique : 5626 patients consultés, 421 programmés pour la phase chirurgicale dans les plateaux

Advertisement

 

L’ONG Aimes-Afrique a organisé du 3 au 4 février avec l’appui financier de l’Union Européenne, des interventions chirurgicales foraines gratuites au profit des enfants et personnes âgées de la préfecture de l’Amou.

Ces opérations chirurgicales foraines gratuites qui ont pris en compte plus de 5626 patients consultés dans 10 localités de quatre préfectures de la région des Plateaux notamment : Amou, Kloto, Kpélé, Agou, avec plus de 421 programmés pour la phase chirurgicale dont 163 opérés dans l’Amou du 3 au 4 février entrent dans le cadre de la mise en œuvre du projet : « Santé et Espoir pour Tous ».

Les opérations se sont déroulées à l’hôpital Saint GOTHARD de Dédomé (15km d’Atakpamé). Cette mission d’Aimes-Afrique a été assurée par une équipe dynamique de chirurgiens pédiatres, d’infirmiers, d’infirmières, d’anesthésistes et d’infirmiers de bloc opératoire du Togo et venus d’Allemagne.

Des patients souffrent de diverses pathologies telles que les Hernies, les Fibromes, les Hydrocèles, les Kystes ovariens, des Lipomes, des Prolapsus utérins ont été opérés dans les deux jours. D’autres pathologies comme les Goitres, les Cataractes, les Becs de lièvres, les Ptérygions ont été également prises en compte a souligné M. AMENUNYA Fanuel, secrétaire administratif de l’ONG Aimes-Afrique.

Pour, la suite de la mission, une formation est organisée à l’endroit des Agents de santé, les ASC et les prati-thérapeutes de l’Amou sur : « la prise en charge des plaies opératoires et le code de la santé » pour une prise en charge effective des patients après les opérations.

Cette formation va permettre aux participants de connaitre leur rôle et mission et aussi au cours des consultations d’identifier les cas de pathologies qu’il faut traiter et celles qu’il faut évacuer.

Selon GIACOMO Marlinoni, directeur sanitaire de l’hôpital de Dédomé, la cicatrisation procède de la bonne façon. Beaucoup de gants pensent qu’il faut laisser la plaie en l’air pour qu’il guérisse mieux, c’est une vieille habitude que nous devons corriger afin d’éviter que les plaies soient infectées. Cette pratique est contre la physiologie du corps et cette formation va permettre aux participants de savoir comment prendre en charge les patients après le départ d’Aimes-Afrique.

 

 

Landrykoss

 

 

Togoportail, l’information à votre portée

Publier un commentaire