pub
Economie

Togo / Economie : le FMI donne mention assez bien pour le programme FEC

Advertisement

La 6e et dernière revue dans le cadre du programme de Facilité élargie de crédit (FEC) est arrivée à son terme ce mardi. Pour présenter les résultats de leur mission, le chef de délégation Ivahosina Razafimahefa a présenté ses conclusions à la presse. Dans l’ensemble, l’organisation relève que la reprise économique se raffermit et la croissance économique devrait s’accélérer de 4,9% en 2018 à 5,3% %en 2019 et à 5,5% en 2020. Elle a de même salué les efforts des autorités togolaises qui ont permis de réaliser une réduction significative du déficit budgétaire et de la dette publique ainsi que la progression des réformes structurelles et du secteur financier.

A l’issue, l’équipe dirigée par Ivahosina Razafimahefa a salué des avancées notamment le raffermissement de la reprise économique.

« La reprise économique se raffermit. D’après les estimations, la croissance économique s’est accélérée, passant de 4,9% en 2018 à 5,3% % en 2019 et à 5,5% en 2020, essentiellement sous l’effet de la demande intérieure, tandis que certains secteurs d’exportations montrent de légers signes de faiblesse. Les crédits au secteur privé ont augmenté de 3,6% (en glissement annuel) et l’inflation s’est établie à 0,4% (en glissement annuel) à fin septembre 2019 », indique M. Razafimahefa.

La délégation du FMI se félicite du fait que la dette publique qui s’élevait à 81% du PIB à fin 2016 est en baisse et devrait tomber à 70% du PIB à la fin 2019.

« Il serait essentiel de persévérer dans l’assainissement budgétaire pour réduire davantage les vulnérabilités liées à la dette », a » émis le fonctionnaire du FMI.

La mission salue la mise en œuvre de réformes structurelles vigoureuses par les autorités togolaises.

« Plusieurs mesures liées à l’administration des recettes ont été mises en œuvre, notamment la création et l’harmonisation des numéros d’identification fiscale, l’instauration de téléprocédures dans le but de réduire les coûts de mise en conformité, les retenues à la source et les cautionnements provisoires pour garantir le recouvrement des recettes, les contrôles internes pour lutter contre la corruption et la réduction des exonérations fiscales… La continuation de la mise en œuvre de ces réformes améliorera l’efficacité des dépenses publiques », s’est-elle félicitée.

Il en est de même pour les réformes du secteur financier qui progressent et les discussions qui continuent.

Pour rappel la mission du FMI a séjourné au Togo du 4 au 17 décembre. Elle a eu des discussions avec les autorités togolaises dont le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya, le directeur national de la BCEAO, Kossi Ténou, d’autres hauts fonctionnaires ainsi que des représentations du secteur privé et des partenaires au développement.

Prudence A.

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire