Société

Le désordre urbain au carrefour d’Agbonou: Et si on en parlait ?

Advertisement

Au carrefour d’Agbonou à Atakpamé, il faut s’y rendre pour observer comment , les chaussées et les trottoirs sont occupés par les véhicules en stationnement, les conducteurs de taxi-moto communément appelé zémidjan et les commerçantes malgré l’implantation d’un feu tricolore. Ce carrefour est stratégique et commercial. Pourquoi cette occupation anarchique ? Une commerçante ayant requis l’anonymat nous répond.

« La Mairie a construit des hangars et nous payons des taxes tous les mois, on nous demande d’aller à la gare routière de Nyékonakpoè, le problème c’est que, la plupart des véhicules s’arrêtent ici à Agbonou carrefour qui est le point commercial pour tout le monde », explique la dame.

« Nous vendons toujours mieux ici qu’à la gare routière, c’est ce qui fait que, malgré les accidents nous, occupions toujours les chaussées », poursuit-elle.

Assises derrière leurs marchandises, ces commerçantes disent ne plus avoir peur des agents de la municipalité qui venaient les renvoyer. Les conducteurs de véhicules et moto-taxi sont installés devant ces commerçantes, ils font fis des dangers qu’ils courent jusqu’ici à la recherche de la clientèle.

Ce carrefour enregistre plusieurs accidents parfois même mortels.  Les conducteurs garent  en pleine chaussée créant par la même occasion des embouteillages.

Mais quelles que soit les raisons avancées par les commerçantes et les conducteurs pour justifier l’occupation anarchique des chaussées et les trottoirs,  ceci relève de l’incivisme favorisant le désordre urbain qui sévit  au vu et au su de tous.

Nous appelons à la responsabilité des autorités de la ville pour qu’une solution soit vite trouvée afin de garantir la vie de nos concitoyens et la libre circulation des engins.

Landrykoss     

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire