Advertisement
Société

Atakpamé : Vulgarisation du nouveau code des personnes et de la famille 

Advertisement

 

Ferdinand Gani Koffi, directeur de cabinet du Ministre de l’Action Sociale à la tête d’une délégation était à Atakpamé (environ 165 km de Lomé) pour une séance de sensibilisation dans le cadre de la vulgarisation du nouveau code des personnes et de la famille.

C’était en présence des préfets de la région des plateaux, les présidents de conseil de mairies et de préfectures, les régionaux et préfectoraux, les responsables et agents d’état civil, les magistrats et officiers de police judiciaire, les chefs traditionnels et les leaders religieux, les responsables des organismes féminines.

Cette campagne de vulgarisation initiée par le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation avec l’appui technique du comité de vulgarisation dudit code, vise à améliorer l’accès aux droits et la justice afin d’éviter l’exclusion.

L’objectif est d’expliquer à la population, les principaux motifs de cette révision du code. Cette séance a permis aux participants de découvrir, les aspects de la vie familiale qui ont été revus notamment : les conditions de mariage, le régimes matrimoniaux, des rapports entre époux, l’autorité parentale, les effets du mariage et divorce, le statut de chef de famille et la contribution aux charges du ménage, les successions, la protection du conjoint survivant contre les pratiques de veuvage dégradantes et humiliantes, entre autres.

Les principaux motifs de cette révision du code, supprimer toutes discriminations basées sur le genre afin de permettre à toutes et tous de participer dans le respect de l’égalité constitutionnelle au développement du pays.

Le préfet de l’Ogou, Akakpo Edoh a exprimé sa gratitude au Chef de l’Etat Faure Gnassingbé en tant que défenseur des femmes et protecteur des familles. « C’est lui qui a permis la modification de l’ancien code dans le but de réduire les discriminations à l’égard de la femme notamment en matière de la succession et de la jouissance du domicile conjugal »,a laissé attendre Akakpo Edoh le préfet de l’Ogou.

Landrykoss

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire