Advertisement
Politique

Togo/ L’Union des Forces du Changement(UFC), engagée pour une alternance pacifique

Advertisement

Depuis quelques semaines, l’actualité sociopolitique au Togo rime avec la CENI et la représentation de l’Union des Forces du Changement (UFC) à cette commission ou non. D’aucuns vont loin en déniant  le statut de l’opposition à ce parti. Pour éclairer l’opinion nationale et internationale par rapport à toutes ces allégations que les responsables du parti ont  rencontré la presse ce 30 Octobre.

Le parti de Gilchrist Olympio dont le représentant à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) est contesté par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. En sa qualité parti parlementaire, l’UFC estime qu’il a aussi sa place dans la Commission.

L’UFC déplore l’attitude obscurantiste et négationniste d’une partie de la classe politique nationale qui s’est employée depuis quelques semaines à lui contester contre toute évidence son statut de parti d’opposition.

Pour le parti de l’opposant historique du pouvoir en place, la « contestation systématique » n’a jamais marché puisque c’est la méthode qu’il a adoptée pendant des années sans avoir gain de cause. Par conséquent il appelle la coalition des 14 partis à faire preuve de modération, de tolérance sociale, du respect des différences et d’une disposition à la coopération en vue de la mise en place effective d’une vraie opposition constructive et républicaine condition sine qua non pour accélérer l’inéluctable processus de modernisation et de stabilisation de la vie politique de notre pays.

« Nous nous sommes longtemps livrés à la contestation systématique, mais cela n’a pas marché. Nous avons compris qu’il faut changer de méthode et devenir un parti d’opposition constructive, c’est-à-dire une force de proposition et d’élaboration d’un Togo nouveau. C’est au regard de notre histoire et nos expériences de lutte que nous avons choisi une approche de négociation coopérative pour obtenir pacifiquement l’alternance. Nous l’insistons, dans le contexte actuel du Togo, seule une approche négociée peut permettre l’alternance », indique Isaac Tchiakpé dans la déclaration liminaire.

Au sujet des prochaines élections, l’UFC réitère à l’endroit de l’opinion publique et de la classe politique nationale son choix de participer aux prochaines élections législatives et locales non pas par suivisme mais par respect à l’endroit de la CEDEAO.

Tout compte fait, cette sortie du parti « Détia » rentre dans la droite ligne de sa politique d’apaisement prônée depuis mai 2010  en signant cet accord avec le parti au pouvoir.

Prudence A.

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire