Environnement

Une quarantaine de membres de CPDD/ Ogou en atelier d’échange

Advertisement

Une quarantaine de membres de la Commission Préfectorale de Développement Durable Ogou CPDD, s’est retrouvée vendredi à Atakpamé 165 km de Lomé.  Cette rencontre d’une journée a été axée sur les causes de la déforestation et de la dégradation des forêts et l’amélioration du document version 1 de la stratégie REDD+ du Togo.

Le préfet de l’Ogou, Edoh Akakpo, président de la commission CPDD, les chefs traditionnels, les responsables des services, syndicaux, ONG, Associations, présidents des CCD, CDQ et les médias ont aussi pris part à cet atelier organisé par la Commission Préfectoral de Développement Durable CPDD/Ogou avec l’appui de la Coordination Nationale REDD+.

Cette rencontre a pour objectif d’analyser, et proposer des idées  d’amélioration et de validation du 1er Draft de la stratégie REDD+ au Togo au niveau de notre Préfecture.

Pour le préfet de l’Ogou, Edoh Akakpo nous devons proposer des mesures à court, moyen et long termes devant conduire à faire face à tous les défis liés à la déforestation et à la dégradation des forêts, en assurant leur gestion durable et l’augmentation de stock de carbone tout en  préservant la biodiversité.

Le préfet a attiré l’attention des acteurs sur les axes stratégiques pouvant permettre de faire face aux nombreux défis notamment : la promotion d’une agriculture performante à faible impact négatif sur la dégradation de la forêt ;  la gestion durable des  forêts existantes et un accroissement du patrimoine forestier ; la réduction de la pression sur le bois énergie, la restauration des sites miniers  et l’appui à la mise en œuvre des actions transversales de renforcement du processus REDD+.

Il a exhorté les chefs à plus de collaboration et invité tous les acteurs à partager l’information à leur tour dans les communautés afin que l’information puisse atteindre tout le monde.

Selon le directeur préfectoral de l’environnement de l’Ogou, Aédi Palakyem, la déforestation et la dégradation des forêts très poussées ces dernières années sont dues aux facteurs antropiques, aux systèmes de productions agricoles non soutenables et à un cadre institutionnel et technique moins performant ainsi qu’aux facteurs socio-politiques.

Pour palier à ce fléau, le Gouvernement togolais, par l’entremise du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) a élaboré sa proposition de mesures pour l’état de préparation à la REDD+ qui vise à infléchir la tendance à la déforestation et à la dégradation observée en optant pour une gestion durable des forêts existantes et un accroissement du patrimoine forestier.

Landrykoss

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire