Politique

(Ogou-Atakpamé) / Académie politique des jeunes femmes leaders axée sur équité et égalité de genre

Advertisement

Le Programme de Consolidation de l’Etat et du Monde Associatif a, en collaboration avec le ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation et l’appui financier de l’Union Européenne ouvert lundi à Atakpamé (165 km de Lomé) , une session de formation des femmes et jeunes femmes sur l’équité et l’égalité genre pour leur participation et adhésion à des postes de prise de décision et au développement local.

Durant 6 jours, la vingtaine de participantes identifiées au sein des différents partis politiques et associations dans la région des plateaux, vont êtres outillées en vue d’une meilleure participation à la vie publique et politique au niveau local et national.

C’est le préfet de l’Ogou, M. Edoh Akakpo qui a ouvert les travaux de l’atelier en présence du chef  projet M. Henri Valot, de Mme Claudine Otimi Kossiwa, présidente du comité pédagogique, directrice de la coopération et de la promotion des activités économiques de la femme ainsi que des cadres dudit Ministère.

L’atelier a pour objectif de contribuer à la réduction du fossé entre les taux de représentativité femmes-hommes dans les instances de décision de notre pays, ceci à travers la stratégie d’académie politique de jeunes femmes leaders par le biais de l’organisation d’ateliers de renforcement de capacités techniques des femmes.

Plusieurs modules vont meubler cette  formation notamment : les fondamentaux de la démocratie, la décentralisation et la gouvernance locale, le genre comme enjeu de développement, le développement personnel et le leadership politique, les carrières politiques, les partis politiques et  la communication politique, entre autres.

Selon le préfet de l’Ogou, « ce projet financé par l’Union Européenne, vient appuyer les diverses actions menées par le gouvernement et le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé à qui, il convient de rendre un hommage mérité au vu des décisions courageuses qu’il a prises aux fins de la participation de la femme à la gestion des affaires publiques ». Akakpo a remercié l’UE pour son appui et exhorté les participants à prêter une oreille attentive aux communications.

Pour le chef projet Hanri Valot,  ce projet est une continuité du projet PASCRENA et a une autre dimension, la promotion de genre. Il se repose sur le résultat trois c’est-à-dire : promouvoir la barrière historique et le retard, le rôle et la place de la femme dans les sphères de prise de décision, et les barrières qui les empêchent d’évoluer, offrir la formation et la subvention aux petites associations qui ont des difficultés à postuler aux appels à projet de l’UE pour une durée de 1an.

A l’occasion, Mme, Claudine Otimi Kossiwa, présidente du comité pédagogique, directrice de la coopération et de la promotion des activités économiques de la femme a salué l’engagement de ces jeunes femmes à participer à cette formation. Selon elle, « les OMD et les ODD nous parlent de développement durable et inclusif. Nous ne voyons pas pourquoi les femmes ne doivent pas êtres dans la gouvernance politique ».

Landrykoss

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire