Advertisement
Santé Société

Amou : Journée Internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale : WILDAF-Togo et ses partenaires s’engagent

La journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale a été célébrée vendredi à Hihéatro dans la préfecture de l’Amou 170 km de Lomé en présence de la présidente du conseil d’administration de WILDAF-Togo, Mme Claire Kenum, du vice présidente de WILDAF-Togo, Mme Akpé Zamba, du directeur préfectoral de la santé de l’Amou, Dr Koudema Winiga, du directeur préfectoral de l’Action Sociale de l’Amou, M. Poiodi Koffi, des chefs traditionnels, les forces de l’ordre et de sécurité, des responsables des Associations ainsi que les populations.

Avec pour  thème : « la fistule obstétricale n’est pas une fatalité, elle se guérit », cette rencontre a été organisée par WILDAF-Togo en collaboration avec APROFEHTO avec l’appui financier de together we can to more (CBM), la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et l’Ordre Hospitalier Saint Jean de Dieu pour l’appui technique.

La journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale a été d’abord une occasion de sensibiliser ces femmes sur les causes, les conséquences de la fistule obstétricale et la prise en charge médicale des victimes de la fistule obstétricale.

La JIEFO est encore pour les membres de WILDAF-Togo et ses partenaires financiers et techniques et les communautés de renouveler leurs engagements et soutiens  pour l’amélioration de la condition de vie des femmes marginalisés et vulnérables.

Des sketchs ont été faits pour attirer l’attention des personnes sur les causes, les conséquences de la fistule obstétricale et la prise en charge médicale des victimes de la fistule obstétricale et des danses exécutées pour accompagner la célébration.

Pour le directeur préfectoral de l’Action Sociale de l’Amou, M. Poiodi Koffi, représentant le ministre,  « le choix de se thème n’est pas par hasard, nous invitons la population à changer de perceptions et de mentalités sur la fistule obstétricale qu’on présente commune maladie inguérissable résultat de l’envoutement, l’infidélité conjugale, entre autres ». M. Poiodi a expliqué que cette maladie ne peut-être éradiquée sans qu’une action particulière ne  soit portée sur les grossesses et mariages précoces qui constituent des facteurs favorisant la persistance du fléau. Il a invité les jeunes filles à éviter les comportements qui les y exposent. La responsabilité parentale s’avère aussi importante dans la lutte contre ces grossesses précoces a-t-il ajouté.

Selon le directeur préfectoral de la santé de l’Amou, Dr Koudema Winiga, lorsque les fistules sont décelées précocement le traitement est beaucoup plus simple d’où l’importance pour la femme de savoir que c’est une fuite des urines. Dr Koudema a remercié WILDAF-Togo et tous les acteurs pour toutes les actions menées pour la lutte contre les fistules vesico-vaginales.

De son côté, la présidente de WILDAF-Togo, Mme Akpé Zamba a souligné que la fistule n’est pas une fatalité, c’est une maladie qui se guérit comme les autres maladies. « Nous voulons attirer l’attention de la population de Hihéatro que, quand on a la maladie, la meilleure façon c’est d’aller à l’hôpital et de se faire soigner. Dans toutes les localités du Togo on retrouve la maladie c’est pour cela que WILDAF-Togo mène des actions de sensibilisation sur le terrain », conseille la présidente.

Landrykoss

Togoportail, l’information à votre portée

Publier un commentaire