Advertisement
Société

TOGO : Dédicace d’un ouvrage portant sur « la protection de la partie faible dans l’arbitrage OHADA »

Advertisement

C’était un vendredi pas comme les autres et  pour cause, Dr Martial Akakpo a présenté officiellement son ouvrage au public composé en partie de juristes, de spécialistes en matière de droit et d’autres personnalités. La protection de la partie faible dans l’arbitrage OHADA est le titre de cet ouvrage qui relate une histoire vraie vécue par l’auteur lors de l’arbitrage d’une affaire.

Commencé depuis 2002, cet ouvrage qui au départ, n’était qu’une recherche pour  l’obtention du diplôme de doctorat est devenu aujourd’hui un livre de droit qui servira de base pour l’exploitation dans un jugement en cas de litige.

Pour Jean Baptiste Racine, professeur de droit et maître de thèse qui a accepté préfacé l’ouvrage, l’auteur est doté d’une certaine rigueur qui lui a permis de se hisser haut.

De son côté Dr Archille Ngwanza, président du groupe de travail OHADA du Comité français de l’arbitrage a présenté le chef-d’œuvre du Dr Akakpo au grand public. « Vœux humains traduit en passion scientifique » telle est l’expression utilisée par  Archille pour qualifier la qualité de  l’ouvrage. «  C’est un chemin très rugueux avec une fin heureuse », a-t-il laissé entendre dans la présentation de ce livre de 500 pages.

L’histoire est née lorsqu’« un de mes clients qui a signé un contrat de travail dans lequel il avait une clause compromissoire et qui l’obligeait à aller en arbitrage en cas de conflit. Dans le parcours de dossier, ce client n’a pas eu de moyens de faire conduire ce dossier d’arbitrage », raconte Dr Martial Koffi Akakpo.

« C’est à partir de ce constat que nous avons ouvert une réflexion  plus générale sur la protection de la partie faible dans l’arbitrage plus singulièrement dans l’OHADA »,  a laissé entendre Dr Martial.

Fort de ce constat, l’auteur propose une approche pratique et  concrète : « Nous proposons  un certain nombre de solutions pour assurer la protection des parties considérées comme faibles. Depuis la négociation et la signature de contrat contenant une convention d’arbitrage jusqu’à la fin. C’est à dire à la naissance du litige jusqu’à la sentence d’arbitrage ».

Eu égard au sujet développé dans cet ouvrage, il est important que chaque individu se  l’approprie afin de briser les barrières faisant croire que  l’arbitrage  OHADA est réservé aux personnes fortes.

 

Prudence A.

Togoportail, l’information à votre portée !

Advertisement

Publier un commentaire