Advertisement
Santé

Le projet de PMI de ‘Da m’a dit’ dévoilé au public de Lomé

Advertisement

Les responsables de l’association Da m’a dit ont organisé ce samedi 4 novembre à Lomé une séance d’information et de sensibilisation sur leur projet de Protection Maternelle et Infantile (PMI) à l’endroit du public. A l’occasion, l’assistance a été entretenue sur les statistiques disponibles par rapport aux pathologies et au taux de mortalité maternelle et infantile au Togo. Selon Mme Baba, docteur et chef des établissements des soins au ministère de la Santé, le taux de mortalité générale au Togo est estimé à 8,1 pour mille, le taux de mortalité infantile est de 78 pour mille.

« Dans la période de néonatale c’est-à-dire de la naissance jusqu’à 28 jours, le taux de décès est élevé et les enfants meurent des infections sévères, d’asphyxie et aujourd’hui du SIDA. Le taux de mortalité maternelle est aussi très élevé parce que plusieurs femmes meurent en couche », a-t-elle indiqué.

Le projet de PMI qui se réalise dans le centre de l’association à Yokélé, situé à 3 km de Kpalimé dans la préfecture de Kloto, a pour objectif principal la prévention des pathologies qui entraînent la mortalité maternelle et infantile. A en croire Mme Djofon Jeanine, Médecin, membre de Da m’a dit France, les problèmes de santé au Togo peuvent être diminués par la prévention primaire c’est-à-dire que si l’on intervient précocement on peut réduire le nombre de la mortalité maternelle et infantile.

« La malnutrition, la diarrhée chronique et le paludisme grave qui fait 40 % au niveau des consultations des enfants de moins de 5 ans constituent les causes de mortalité infantile. Bien que les autorités togolaises distribuent des moustiquaires imprégnées pour prévenir le paludisme, nous avons pensé qu’il faut accompagner cette politique en faisant des visites à domicile pour sensibiliser les populations sur le bien-fondé de leur utilisation et éviter qu’il y ait des endroits de stagnation qui génèrent des moustiques, bref sur des bonnes pratiques sanitaires. Dans le centre de Yokélé, les gens peuvent venir peser et vacciner leurs enfants et faire le suivi de grossesse. Le centre accueille aujourd’hui jusqu’à 120 enfants pour des activités ludiques. Dans le domaine de l’éducation, le centre dispose d’une bibliothèque qui met des livres à la disposition des élèves », a laissé entendre Mme Djofon.

Pour rappel, le centre Da m’a de Yokélé est créé en septembre 2016. Il en appelle à toutes les bonnes volontés à le soutenir dans ce projet de protection maternelle et infantile par la prévention primaire. Il réalise également des activités génératrices de revenus qui doivent être accompagnées en vue de son autonomisation financière.

Max Dally

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire