Advertisement
Technologie

Le Togo en plein dans le processus de mise en place d’un marché commun des TIC au sein de la Cédéao

CEDEAO : LA 15EME RÉUNION DES MINISTRES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS / TIC

Le Togo représenté par la ministre Cina LAWSON s’est bien annoncé dans le processus de mise en place d’un marché commun des TIC au sein de la Cédéao

Dans l’objectif de mettre en place une société de l’information au sein de la communauté ouest-africaine, il est actuellement conduit un processus de mise en place d’un marché commun des  TIC au sein de la Cédéao. C’est sur cette question que vient de se plancher, essentiellement la 15ème réunion du Conseil des Ministres de Télécommunication et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, à la quelle la ministre togolaise des Postes et de l’Economie numérique, Mme Cina Lawson, a pris part. Qui plus est, elle représentait lors de cette réunion qui s’est tenue le 06 octobre dernier à Praïa au Cap-Vert, le chef de l’Etat de la République du Togo, le président Faure Essozimna Gnassingbé, président en exercice de la Cédéao.

La cérémonie d’ouverture marquant le démarrage de cette importante réunion a connu l’intervention de la ministre Cina Lawson qui a prononcé un discours très prolifique sur les défis et enjeux des TICs et Télcommunications au sein de l’espace Cédéao.

Il est question, au cours de cette réunion, de procéder à la validation et à l’adoption des thèmes portant sur des projets d’actes importants sur la question de la mise en place du marché commun des TIC notamment, le rapport des experts en TIC, le projet de règlement sur le roaming gratuit dans la région CEDEAO, l’acte additionnel amendé relatif à l’Accès/Service Universel, les Termes de Référence du Comité Régional de Gestion du Spectre, la liste des laboratoires sélectionnés pour valider les décodeurs TNT dans la région CEDEAO, le plan financier du plan stratégique 2018-2023 de la CEDEAO sur les TIC et les Recommandations du Consultant et enfin, la recommandation pour l’harmonisation de l’approche en matière d’octroi de licences nationales et de reconnaissance mutuelle des licences au niveau sous-régional pour les stations terriennes mobiles (ESIM).

Toute une batterie d’actes dont les suites opérationnelles apporteront une réelle mutation sur l’ensemble de la communauté ouest-africaine dans sa volonté et engagement de consolider les liens de rapprochement et de proximité inter-états membres. Ce que reconnait la ministre Cina Lawson, qui, dans son discours, n’a pas manqué de souligner que ‘’l’ambition poursuivie est d’aboutir à l’intégration sous régionale au travers des télécommunications et des TICs notamment par l’interconnexion de nos Etats ainsi que la mise en place et le maintien d’un réseau commun de télécommunications en Afrique de l’Ouest’’. Aussi, aura-t-elle mentionné que ‘’la cherté des communications depuis l’international entravant les échanges et le développement d’un marché harmonieux a notamment conduit la CEDEAO à s’intéresser à la révision du cadre règlementaire, pour une suppression des frais d’itinérance mobile ‘’ ; touchant ainsi du doigt l’un des enjeux majeurs de ce processus qui, à terme, permettra entre autres, la facilité et la réduction des coûts d’appel à l’international, la suppression des frais d’itinérance. Ces  atouts sont tenus d’œuvrer  en faveur de la mobilité des populations à travers les TIC, en réduisant les coûts de communication lorsque l’on se trouve dans la zone des Etats membres.

La ministre, appréciant à sa juste titre ces avancées que la communauté, dans ses efforts, s’emploie à potentialiser et à capitaliser pour le bien des populations, n’a pas manqué de saluer les efforts des différents pays de l’espace, particulièrement ceux du Togo dans le domaine. ‘’Certains Etats de la CEDEAO, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Guinée Conakry, le Sénégal et le Togo ont pris les devants en signant le protocole d’accord sur les principes de base pour la mise en œuvre du « free roaming » entre ces pays de l’Afrique de l’Ouest dont la mise en œuvre est effective depuis le 31 mars 2017’’ a-t-elle lancé avant d’annoncer qu’elle se réjouit ‘’de constater que nos gouvernements se comprennent sur ces questions d’intérêt commun…’’.

L’usage de téléphone portable dépasse sa dimension d’outil fonctionnel pour se positionner désormais comme un canal, un instrument utilitaire touchant même l’économie. ‘’En effet, en Afrique, près de 70% de la population est dotée d’un téléphone portable. Le mobile est l’outil privilégié de communication et devient le premier canal transactionnel dans le monde. Sur notre continent, le paiement mobile est en plein essor, favorisant ainsi l’inclusion financière, les échanges et le désenclavement des zones rurales’’ a-t-elle précisé.

C’est d’ailleurs en cela que le Togo, pour ‘’assurer la démocratisation de cet outil auprès de la population’’, a décidé de procéder à la suppression de la TVA sur les équipements informatiques et terminaux mobiles.

L’accès à l’internet haut-débit est une priorité et c’est en cela que le Togo déploie également des  efforts particuliers pour généraliser et pérenniser, à un coût abordable, l’internet haut-débit. ‘’En ce sens, en sus du coût des communications, l’accès et la qualité du réseau fournit, notamment, le réseau internet, sont souvent décriés. Face à la dynamique actuelle, les offres traditionnelles voix et message, ont vocation à disparaitre au profit d’internet via des outils tels que WhatsApp et Viber’’ a reconnu la ministre. Et le Togo ne ménage aucun de ses efforts pour répondre à cette ambition de voir le domaine des TIC totalement démocratisé en Afrique de l’Ouest.

En la matière, le Togo, sous l’impulsion du chef de l’Etat, a déjà procédé au déploiement d’un vaste réseau de hotspots wifi ainsi qu’au raccordement à la fibre optique de 121 bâtiments sur l’ensemble des cinq campus universitaires et hospitaliers du pays. Désormais, ce sont 72 000 étudiants, professeurs, personnel administratif et médical, qui bénéficient d’une connexion internet haut-débit pour optimiser la réalisation de leurs missions.

Pour assurer une forte pénétration des TIC à tous les niveaux et pour adapter la formation dispensée aux besoins du marché de l’emploi au Togo, il est également déployé un environnement numérique de travail (ENT) dans l’ensemble des lycées techniques et scientifiques du pays.  Des outils TIC et de gestion de la vie scolaire ont ainsi été installés.

Concernant le secteur agricole, depuis plus d’un an déjà le dispositif Agri-PME est pleinement opérationnel. Il révolutionne la distribution des subventions des engrais agricoles en faisant du téléphone mobile de plus 75 000 agriculteurs, un véritable porte-monnaie électronique.

Le déploiement d’infrastructures à large bande est donc indispensable pour la pérennité et la réussite d’un marché unique.

’Les TIC doivent contribuer pleinement à la croissance de nos pays et leur maitrise par notre jeunesse, est l’incontournable pour une insertion réussie dans la société et la vie active’’, a conclu la ministre Cina Lawson.

La Rédaction

Togoportail, l’information à votre portée

 

Publier un commentaire