Développement

Kpalimé : Bilan à mi-parcours du Programme d’Appui à la Décentralisation

Advertisement

Le vendredi 06 octobre 2017, le bilan à mi-parcours des activités du Programme d’Appui à la Décentralisation (PAD) dans la commune de Kpalimé a été présenté aux médias à Kpalimé. La présentation a été faite par monsieur Zohou Koffi Serges, consultant du programme, assisté par Mlle Amégan-Djaka Sémékonowo, chargée de communication de la Mairie de Kpalimé.

La présentation a tourné essentiellement autour des trois composantes du PAD. La composante 1 concerne la construction et la réhabilitation des infrastructures marchandes telles que les marchés, les gares routières, les abattoirs. La composante 2 est relative au renforcement de capacités des cadres de l’administration et des agents locaux pour la maîtrise de l’ouvrage communal. La composante 3 repose sur le suivi-évaluation.

Le système suivi-évaluation est un outil de SMS innovant qui permet aux citoyens de partager leurs opinions et idées relatives au développement et à la gouvernance locale. A ce titre, les citoyens sont mis à contribution pour l’identification et l’analyse des besoins communaux, le choix des approches de solution, l’évaluation des politiques publiques de la commune. Il permet aux citoyens abonnés au réseau téléphonique Togocel d’utiliser leur téléphone mobile pour exprimer leur opinion d’une façon indépendante, gratuite et anonyme.

Le Comité de Coordination locale (CCL) de la Commune fait des recommandations aux conseillers municipaux au regard des besoins exprimés par la population  en vue d’une prise de décision.

Le consultant a attiré l’attention de la  presse sur d’autres activités qui ont été menées à savoir une opération de recensement des commerçants, une étude d’identification des produits en vente ainsi que leurs sources d’approvisionnement.

Selon lui, cette étude a pour but de fixer les taxes sur les places occupées, permettant ainsi au Programme de dresser son tableau financier. Pour déterminer le mode de gestion des marchés, un cabinet a été commis. Au terme de son étude, le cabinet a proposé trois modes de gestion qui sont la concession, l’affermage et la régie directe. Il revient à la Mairie de choisir le mode qui lui convient.

Pour s’assurer de  la qualité du site abritant le grand marché de château, une autre étude a été réalisée par un autre cabinet d’étude architecturale et technique. Cette dernière étude a permis de déterminer les dimensions du site, la qualité du sol, tout en prenant en compte les paramètres socio-environnementaux.

Après avoir mentionné les difficultés rencontrées au cours des activités, les journalistes ont été rassurés sur l’évolution du programme malgré tout.

Michel Bada

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire