Advertisement
Santé

Togo : La surveillance épidémiologique, une stratégie payante

Une vingtaine d’acteurs de santé animale de la région des Plateaux ont pris part ce mercredi 16 août à Atakpamé, à un atelier d’information et de collecte des données axé sur le projet TCP/TOG « Renforcement de capacité de surveillance épidémiologique du Réseau d’Epidémiosurveillance des Maladies Animales au Togo (PR-REMATO ».

La rencontre est organisée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) dans le cadre de la mise en œuvre du PDDAA (PNIASA pour le Togo), en vue de rechercher de solutions aux problèmes épidémiologiques.

Pour l’essentiel, il est question d’animer des ateliers de concertation et d’échange avec les acteurs impliqués dans l’épidémiosurveillance animale dans chaque région.

La vingtaine d’acteurs de la santé animale se sont attelés sur le document du projet, la présentation de la REMATO, et à la fin, une séance d’interview devant permettre de colleter des informations fiables.

Dr. Claude K. Batchassi, directeur régional de l’Agriculture de l’Elevage et de l’Hydraulique des Plateaux, a souligné que l’épidémiologie et la surveillance marchent de paire et sont, à la fois, à conduire avec rigueur et vigilance. Il a donc invité les acteurs à participer activement à l’atelier pour qu’à la sortie, ils puissent atteindre les résultats escomptés.

Selon le représentant du coordonnateur du projet, Dr. Tchirou N’Raninaï, chef section production animale halieutique et de contrôle végétal, cette rencontre est destinée à pouvoir leur permettre d’échanger et de réfléchir sur le renouveau du réseau RENATO, dont la mission noble est de repérer et d’écouter les acteurs du secteur, dans le but de contenir et très rapidement, la propagation des maladies animales dans notre pays.

Le représentant de la FAO, Tabé Gnandi, Assistant au programme de la Fao, a expliqué que le projet TCP/TOG est un projet du ministère de l’Agriculture. Il est financé par la FAO à plus de 306 milles dollars. Il vise à redynamiser le réseau de REMATO au Togo.

‘’L’atelier organisé dans les régions du Togo va nous permette de prendre contact avec les acteurs de terrain afin de leur présenter le projet, les sensibiliser sur leur implication dans la mise en œuvre du projet et recueillir des informations et données sur les principaux points critiques du fonctionnement du réseau REMATO’’ a-t-il précisé.

LandryKoss

Togoportail, l’information à votre portée

Publier un commentaire