Advertisement
Social

Comprendre le « handicap » et changer de comportement à l’égard des « personnes handicapées »

Advertisement

Qu’est que le « handicap« ? Le thème a été décortiqué ce lundi 22 mai 2017 à Tsévié au cours d’un atelier de formation organisé par Plan International Togo en collaboration avec la Fédération des Associations des Personnes Handicapées (FETAPH) et le Forum des Organisations de Défense des Droits de l’Enfant au Togo (FODDET) dans le cadre du projet « protection des enfants handicapés à travers la Réadaptation à Base Communautaire (RBC) » à l’intention d’une trentaine de journalistes spécialisés ou non sur les questions du handicap.

Selon M. Sylvestre Kégué, l’un des formateurs, le handicap est une perception qui vient de « l’extérieur » c’est à dire que c’est la « société qui crée le handicap à la personne qui porte une déficience au niveau d’un de ses organes inférieurs ou supérieurs. Au cas où la société n’assume pas son devoir vis-à-vis de la personne qui porte une déficience pour lui donner les mêmes chances que les autres membres de la société, elle la met en situation de handicap», a-t-il dit.

La société a donc le devoir d’adapter l’environnement à la situation de la personne qui porte une déficience. Le handicap survient lorsque l’environnement ne s’y prête pour que la personne qui porte une déficience puisse la surmonter. « Par exemple, le parent d’un enfant qui porte une déficience au niveau de ses membres inférieurs doit lui procurer un tricycle pour lui faciliter des déplacements. S’il ne le fait pas, il met l’enfant en situation du handicap. L’enfant a donc le droit d’avoir un tricycle pour ses déplacements et tandis que le parent a le devoir de lui en procurer », a martelé M. Kégué.

C’est l’interaction entre les facteurs personnels et ceux environnementaux qui créent ou non la situation du handicap chez une personne.

«Les personnes handicapées doivent être encadrées et accompagnées afin qu’elles deviennent autonomes. Ils ont également des potentialités et des talents, il suffit de leur donner des moyens dont ils ont besoin et ils peuvent faire toutes choses que les personnes « non handicapées » peuvent faire. Nous sommes tous des « handicapés » en sursi», a renchéri M. Gislain Alédji, l’autre formateur.

Max Dally

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire

Convention UNESCO
Patientez jusqu'a fermeture