Advertisement
Politique

HCRRUN/ La phase de réparation des victimes est officiellement lancée par Komi Selom Klassou

Le Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) entre dans la phase la plus cruciale de sa mission, celle de la réparation. Les activités entrant dans ce cadre ont été lancées ce vendredi à Lomé par le Premier ministre, Komi Selom Klassou en présence d’Awa Nana-Daboya, la présidente de l’institution.

Avec cette phase de réparation, le HCRRUN entend procéder à l’indemnisation progressive des dommages subis par les uns et les autres. Le processus concerne les victimes directes, les proches parents, les personnes à charge ou tout autre personne ou groupe de personnes ayant un lien direct avec les victimes recensées par la CVJR.

Les victimes de 1958 à 1962, puis celles de 1963 à 2004 et enfin les victimes de 2005 seront indemnisées. Une partie des victimes des violences de 2005 va être premièrement prise en compte. Selon les chiffres du HCRRUN, ces victimes sont estimées à 2475 sur 7057 répertoriées en 2005. Le reste sera pris en compte lors des prochaines étapes. Au total, 22 415 victimes enregistrées par la CVJR sur la période de 1958 à 2005.

Pour la présidente du HCRRUN, le processus de réparation est l’une des étapes les plus importantes de leur mission. « Le HCRRUN affirme qu’il s’en tiendra à son cahier des charges pour dire qu’il exécutera le programme de réparations tel que élaboré, pour servir aux victimes les quantum de préjudices tels que inscrits aux chiffres réels, prenant soin de porter assistance aux victimes bénéficiaires par un service d’accompagnement médico-psychologique afin que ces victimes renouent un nouveau pacte de confiance avec l’État, pour se recréer elle-même« , rassure Awa Nana Daboya.

Toutes ces réparations incombent à l’Etat qui a d’ailleurs mis la main à la poche par l’octroi d’un montant de 2 milliards à la commission.

Komi Selom Klassou, le premier ministre togolais, a exprimé, au nom du gouvernement les compassions de l’État aux victimes et les a invitées en retour à accepter le pardon. « Je comprends le désarroi des uns et des autres face aux tragédies que nous avons vécues. Mais il nous faut faire preuve d’un suppléant d’âme pour désormais affronter ce passé difficile, le solder définitivement et baliser le chemin de notre avenir commun », souhaite le chef du Gouvernement.

Répondant au premier ministre l’une des victimes présente lors de la cérémonie déclare que : « depuis ces événements qui a couté la vie de mes parents et la perte de plusieurs de mes biens, j’ai mis l’éponge sur cette page. J’ai pardonné à ceux qui ont commis ces actes….. »

Pour rappel, la réparation a été recommandée par la CVJR après des auditions et dépositions faites par des citoyens ayant subi des préjudices suite aux troubles sociopolitiques qui ont émaillé le Togo dans la période comprise entre 1958 et 2005.

Prudence A.

Togoportail, l’information à votre portée

Publier un commentaire

Patientez jusqu'a fermeture