Faits divers

Ghana : Ennuis juridiques pour des leaders de « l’Etat Togoland »

Trois des leaders du mouvement Homeland Study Group Foundation (HSGF), lequel milite pour la création de l’Etat du Togoland au Ghana vont comparaitre le 14 mars 2017 devant la Haute Cour de Ho, capitale de la région de la Volta. Ils vont répondre de l’accusation de trahison retenue contre eux par la police.

Charles Kormi Kudjordji, le leader du mouvement HSGF et deux autres personnes Martin Asiama Agbenu, Divine Odonkor ont été arrêtés le 07 mars dernier a Ho pour avoir distribué des T-shirt en faveur de la sécession de la région de la Volta pour un État indépendant. A ce propos, ils sont accusés par la police d’avoir distribué des T-shirts avec des inscriptions pour se déclarer qu’une partie du territoire est indépendante, le 09 mai 2017.

Présentés le 09 mars dernier devant un tribunal à Ho, l’affaire s’est close plus tôt que prévue, car le juge a déclaré n’être pas en mesure de se prononcer sur une affaire de sécession. En rapport avec le regain de polémique que suscite cette affaire, précisons que le mouvement Fondation Homeland Study Group mène une campagne depuis un an pour que la région de la Volta et certaines parties de la région du Nord et de l’Est du Ghana se joignent pour former le nouvel Etat, le Togoland.

D’après les meneurs qui sont des personnes âgées et dont certaines ont des souvenirs du passage des Allemands dans Togo original, le Togoland existait avant l’indépendance du Ghana en 1957.

La Rédaction

Togoportail, l’information à votre portée

Publier un commentaire

Canal+
Patientez jusqu'a fermeture