Advertisement
Justice

Le MMLK lance le projet de divulgation des textes de la DUDH

Advertisement

martin-luther

Afin de permettre aux populations togolaises de s’approprier les textes de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH), le Mouvement Martin Luther King, la Voix des Sans Voix a lancé ce jeudi à Lomé, le projet « Faisons connaître et respectons les Droits de l’Homme partout« .

Ce projet qui s’inscrit dans le cadre du 68ème anniversaire de la charte de la DUDH et en prélude au démarrage des activités du MMLK, la Voix des Sans Voix pour 2017, répond aux recommandations des Nations Unies qui font obligation aux Etats membres de pouvoir les mettre à la portée de leurs peuples. « A l’adoption de la charte sur la DUDH, les  Nations Unies ont exigé à chaque Etat membre de pouvoir les traduire dans l’éducation, l’enseignement et dans le vécu quotidien des peuples des Etats membres. Mais, il est regrettable que 68 ans après, ces textes soient mis dans les placards et que les peuples n’y soient outillés. Donc, nous au MMLK, nous avons jugé bon de vulgariser ces textes et les mettre à la portée des populations togolaises pour qu’il y ait une réduction des violations des Droits de l’Homme« , a indiqué Pasteur Edoh Komi, président du MMLK.

Selon lui, ce qui se fait aujourd’hui, vise à faire du Togo un pays pilote en matière des Droits de l’Homme. « Ce sera une campagne qui va nous amener dans les écoles, dans les lieux publics, dans les villages et les hameaux les plus reculés avec des textes qui sont peints en tableaux géants et en prospectus pour permettre aux gens de savoir qu’il y a un texte, un instrument juridique qui tient compte de leurs Droits« , a-t-il ajouté.

Le MMLK prévoit également dans le cadre de ce projet de traduire dans les langues nationales, les grands articles de ces textes, pour que ce qui ne savent pas lire ni écrire puissent être aussi touchés. Le MMLK entend aussi faire un plaidoyer auprès des Nations Unies pour que ces textes soient fixés dans les manuels scolaires, accessibles sur les smartphones, ordinateurs etc. sans connexion, c’est-à-dire visibles sur les lieux publics pour qu’on sente que c’est un arsenal juridique international qui protège et défend les Droits de l’Homme.

Max Dally

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire