pub
Politique

TOGO/ Tournée de CAP 20105, l’étape de la région des plateaux : exercice de mobilisation de la population (Atakpamé)

Advertisement

cap-2015

Après les régions de la Savane, de la Kara et Centrale, la délégation de Combat pour l’Alternance Politique (CAP 2015) est arrivée dans la préfecture de l’Ogou le samedi 24 septembre 2016 pour un meeting au complexe sportif de Nyékonakpoè à Atakpamé. Arrivée vers 9 heures 30 environ, la délégation a été accueillie à Datcha, une localité située à environ 15 km d’Atakpamé par une grande foule. Entre une horde de caravanes, d’attractions ayant sillonné les artères de la ville, annonciatrice de l’arrivé du chef de file de l’opposition et sa suite, et de tintamarres dans la ville à sept (07) collines.

Au complexe sportif, la délégation de CAP 2015 a été présentée aux populations aussi que les raisons de leur séjour dans les plateaux. Ils ont abordé les problèmes liés aux fraudes des élections présidentielles de 2015, du refus de l’application de l’accord politique APG et sa mise en œuvre, à la situation socio-économique du pays, écouté les doléances des populations et lancé un appel à une grande mobilisation dans les jours à venir.

Le vice président de la CENI, Fancis Pédro Amuzun a expliqué à la population les fraudes qui ont émaillés le déroulement des élections présidentielles d’avril 2015. Avec des ’’preuves” à l’appui, il a essayé de convaincre l’assistance en brandissant les résultats fantaisistes proclamés par le président de la CENI Taffa Tabiou. Il a pris comme exemple les résultats de l’Ogou et de l’Anié, en demandant à la population de sortir leur calculatrice pour vérifier avec lui les calculs. Au cours de l’opération ils ont relevé dans chacun des procès verbaux des deux localités plusieurs anomalies qui démontrent que ce régime veut maintenir à tout prix Faure Gnassingbé au pouvoir contre la volonté du peuple Togolais.

Le président du parti PSR membre de CAP 2015, professeur Wolou Komi a précisé que l’Etat de droit passe par l’indépendance des institutions de la république  : ’le pays est mal gouverné, la mauvaise gestion des infrastructures, la corruption qui gangrène dans les administrations et le président de la république qui reconnait que c’est une petite minorité qui détourne les biens du pays’ a-t-il soutenu. Il est revenu sur les évènements douloureux qui ont frappé l’Ogou lors des élections présidentiels de 2005. Il est revenu très longuement sur les conditions de vie des enseignants, des forces de sécurités, des agriculteurs, des commerçants, des transporteurs, des populations qui ont du mal à toucher les deux bouts. ’’C’est ce qui explique la pauvreté dans la région des Plateaux qui est le grenier du Togo’’ annonce-t-il. Il a invité la population à se lever comme un seul homme pour dire ça suffit.

Le chargé à la communication de CAP 2015, Eric Dupuy a, quant à lui, déclaré que ’’dans un pays ou les institutions ne sont pas respectées est un pays malade, dans un pays où on fais tirer sur ses propres fils, c’est un pays malade. Un pays où les dirigeants ne respectent pas leurs signatures est un pays malade’’. Il a évoqué la corruption au plus haut sommet de l’Etat en donnant comme exemple l’affaire de Wacem, la pauvreté qui touche la région des Plateaux et les mauvais états des routes. Il a rappelé que l’année académique 2015-2016 n’était pas du tout encourageante en voyant le nombre pléthorique des élèves dans les classes. “Le report de la rentrée scolaire n’est pas du tout d’une bonne appréciation de sa part. Selon lui, malgré les résultats catastrophiques du BEPC, CEPED, et du BAC 2016, avec un taux de réussite de moins de 50%, si le gouvernement était une équipe de dirigeants sérieux et conséquents, cette décision ne devrait pas être adoptée” a-t-il martelé.

La présidente de CAP 2015, Mme Adjamagbo Johnson Kaffui Brigitte Alema Gbogui a remercié les militants et militantes pour la mobilisation. Elle a expliqué les raisons qui ont poussé les responsables de CAP 2015 à entamer cette tournée. Elle a donné la parole aux populations pour recueillir leurs point de vue sur la lutte et les actions à mener dans le futur. Les populations ont exprimé leur indignation par rapport à la manière où le pays est dirigé par la famille Gnassingbé et le régime ; d’autres ont demandé à l’opposition de fédérer leurs actions, afin de rassembler un grand nombre de militants et militantes pour affronter ce régime.

Le président de l’ANC, chef de file de l’opposition Jean Pièrre Fabre a salué la détermination de la population de la préfecture de l’Ogou dans la lutte pour le changement et la libération du Togo. ’’Pour ce qui concerne la mallette d’argent qu’il a reçue, il a expliqué que c’est une diffamation dont l’objectif inavoué vise tout simplement à diaboliser et à diviser l’opposition afin de retourner le peuple contre les leaders de CAP 2015. Il invité la population à la vigilance et à une forte mobilisation le 14 octobre pour les réformes’’ partage la présidente de la CDPA, Adjamagbo Johnson Kaffui Brigitte Alema Gbogui avec l’assistance.

Après Atakpamé, la délégation de CAP 2015 a poursuivi son périple sur Amlamé et Kpalimé. Il faut rappeler que c’est dans une ambiance de joie que les populations accueillent la délégation de CAP 2015 partout où elle passe.

fabre-atakpame

On pourrait, à bien d’égards se rendre compte que sur l’essentiel du tableau présenté par le CAP 2015, dans le cadre de sa tournée de sensibilisation, il a de l’exagération dans les interventions et propos des leaders. Tant le tableau du contexte socio-politique du Togo a été trop peint en noir.

Leur sujet d’attaque, c’est le fait que le gouvernement s’active à assurer une organisation mieux réussie du prochain sommet sur la sécurité et la sureté maritimes et le développement en Afrique qui se tient à Lomé. Un sommet qui ne suscite que de la jalousie, de la haine et de l’antipathie auprès de certaines formations politiques, notamment ceux de l’opposition radicale. Et pour cette opposition qui souvent instrumentalise l’opinion, il n’est point débordant de reconnaitre que le peule a saisi le bien fondé de la lutte démocratique qui ne doit plus être de l’apanage d’un seul bord. Surtout pour les soi-disant opposants, qui ont leur intérêt personnel, se fondant sur des alibis et mobiles fortuits pour emballer les foules et le peuple. Conscient de cette pratique, l’effet mobilisation de la masse, tend à prendre du plomb dans les ailes. Leur démarche à peine voilée de consisterait à drainer les foules dans les rues lors du sommet a du mal à passer. Le gouvernement a, pourtant bien justifié la raison du choix porté en faveur de la priorité accordée au sommet et les moyens logistiques appropriés mobilisés à cet effet. Il s’est donc engagé à veiller à une bonne condition d’organisation de ce sommet dont les objectifs consistent entre autres à mutualiser les efforts dans la lutte contre la piraterie maritime, source de graves préjudices à l’économie de nos pays.

Tout compte fait, l’opinion tant nationale qu’internationale est désormais sensible aux efforts sans cesse faits par le gouvernement Togolais et le chef de l’Etat pour remettre le pays sur la voie du progrès, de la croissance économique et du développement durable à travers les différents programmes et stratégies de développement qui font cas d’école ailleurs. C’est l’essentiel pour le président Faure Gnassingbé. Les gesticulations et autres acrobaties mises en scène par une opposition à bout de combat perdu d’avance, ne sont que de faits divers…Les vrais défis s’inscrivent dans un autre registre, celui des batailles économiques, sociales, culturelles et autres enjeux du domaine de développement durable.

La Rédaction

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire