pub
Développement

Les cadres Akposso et Akébou s’engagent a dynamiser la filière du café, du cacao et du fonio

Advertisement

Les ministres Komla Mally, Maitre Fiatuwo kwadjo Séssénou et Georges Kwawu Aïdam, les cadres, les préfets dont celui de l’Ogou, les autorités militaires, les directeurs généraux, les chefs cantons et de village, les acteurs du monde agricole, les acteurs de la filière café, cacao et fonio se sont retrouvés à Hihéatro le samedi 04 juin 2016 en journée de réflexion sur le thème : Décentralisation et ressource locale.

 

Les travaux ont débuté sous la présidence de l’honorable Nyatso Komla, président du comité d’organisation.

Le président du comité d’organisation, l’honorable Nyatso Komla a salué tous les cadres avant de planter le décor et l’objet de la rencontre sur la journée de réflexion et les échanges des cadres avec les acteurs de la filière en vue de trouver des voix et moyens de redynamiser et de maximiser la production des ces différents produits qui ont toujours fait la fierté des peuples Akposso et Akébou.

 

Maitre Fiatuwo kwadjo Séssénou, ministre de l’Habitat et du Cadre de vie, initiateur de cette journée de réflexion, a remercié les cadres d’Akposso et Akébou avant de relever que le constat qui motive la rencontre est la baisse de production de la filière café, cacao et fonio dans les trois préfectures dont les causes sont entre autres : le découragement, les effets de feu de brousse, les changements climatique. Il a fait observer les efforts du gouvernement sous la roulette de son président Faure Gnssingbé enfin de redynamiser la filière café, cacao et fonio en vue de permettre aux trois préfectures  de pouvoir se prendre en charge dans le cadre de la politique de la décentralisation. Il a exhorté les populations à faire des efforts à leur tour enfin que les efforts du gouvernement ne soient pas vains.

 

Le premier communicateur M. Ayita Kodjo Dani, directeur de l’unité technique café et cacao a adressé ses encouragements aux vaillants producteurs de café et cacao. Il a souligné les problèmes rencontrés en ce jour dans la production du café et du cacao, d’où la sècheresse qui dure certaines fois jusqu’à cinq mois et qui font disparaitre plus de 700 ha de cacaoyers. Il a rappelé que le café et le cacao demeurent des cultures motrices  non seulement de l’économie de ses préfectures mais aussi  et surtout pour l’économie nationale, derrière le coton. Pour lui, la filière mérite une attention particulière. Il faut pour cela maitriser l’environnement mieux l’écologie des zones de productions, maitriser les sections liées à la production avec le matériel, y compris les hauts et la qualité des produits avec le financement.

 

Le deuxième communicateur M. EwoviI Kébi, président de la Chambre Régionale de l’Agriculture des Plateaux, a rendu grâce à Dieu pour l’amour qu’il a pour le peuple Akposso et Akébou. Il a entretenu l’assistance sur la culture de fonio qui selon lui, constitue non seulement un aliment à valeur nutritionnelle mais aussi au minimax de rassemblement,  de secours en période de soudure avec une valeur économique et identitaire. Pour finir, il a émis le vœu qu’un cadre permanent de concertation soit créé pour sauvegarder ce patrimoine des peuples Akposso et Akébou.

 

M. Amlamo Messanh Sédo, directeur de l’Administration des Frontières a expliqué les concepts de centralisation, de décontraction et de décentralisation. Il a souligné qu’avec la décentralisation des pouvoirs de l’Etat sont dévolus aux collectivités locales, mais que l’Etat reste le premier acteur qui organise la décentralisation enfin que le gestionnaire ne navigue pas. Il a fait remarquer que le citoyen a des droits mais aussi des devoirs. Il doit participer au développement de son milieu par ces diverses contributions avant de relever et surtout le rôle que les chefs traditionnels jouent dans leur communauté respective dans la mobilisation des ressources, le rôle des femmes aux cotés des hommes. Il a exhorté les femmes à mieux se positionner sur les listes des élections à venir.

 

Au terme des trois communications, la parole est donnée aux populations  pour des échanges. Les différents intervenants ont exprimés des préoccupations auxquelles des communicateurs ont apportés des réponses avec l’appui des cadres.

 

LandryKoss

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire