pub
Social

La fête des travailleurs marquée à Atakpamé à travers des festivités

Advertisement

Le 1er mai est une journée réservée et consacrée chaque année, depuis 1886 aux travailleurs. Elle offre habituellement l’opportunité aux travailleurs et aux travailleuses de faire un bilan des actions, d’évaluer les réussites et les échecs bref, faire une rétrospective pour mieux s’organiser dans l’avenir. Au Togo et à Atakpamé, l’édition de 2016 a été observée  par les travailleurs et travailleuses de tous les secteurs d’activités. Les syndicats, les travailleurs et travailleuses de tous les secteurs, les associations et ONG, ont célébré cette journée par un grand défilé à travers les artères de la ville d’Atakpamé; ils ont exercé leur droit de manifester, d’interpeller les dirigeants sur les conditions de vie des travailleurs et travailleuses afin de redonner et renforcer le lien de partenariat et de confiance entre employeur et employer.

 

Au lycée d’Atakpamé, point de chute du défilé où les autorités de la préfecture de l’Ogou les attendaient, le porte parole des travailleurs et travailleuses a présenté le cahier de doléance des participants. Dans sa déclaration, il a indiqué que des résultats positifs ont été enregistrés dans la vie des fonctionnaires, dans la vie des artisans, bref dans la vie de tous les travailleurs. Mais, le chemin est encore long. C’est pourquoi dans la recherche de meilleures conditions de travail, ils adressent aux autorités locales, leurs préoccupations à travers le présent cahier de doléances : l’assainissement de la ville pour permettre aux travailleurs d’exercer et de circuler dans un environnement sain, l’extension du réseau d’eau et d’électricité dans les zones enclavés tels que Maroumi, Kossi Copé, Sada, Talo etc…., la régulation de la circulation au carrefour « lyagbo-commissariat 1er arrondissement » aux heures de pointe et jours de marché d’Agbonou, l’implication des organisations civiles à certaines activités de la commune, l’organisation de cérémonies traditionnelles et religieuses pour implorer la pluie.

 

M. Akakpo Edoh préfet de l’Ogou a, au nom du chef de l’Etat, au nom du gouvernement et en son nom propre, souhaité aux employés et aux employeurs une bonne et heureuse fête du travail. Il a précisé que c’est par le travail que chaque homme peut se libérer, construire sa vie, constituer et prendre soin de sa famille, créer son bonheur et celui des siens. ”Et il ne nous semble pas superflu de rappeler que c’est le travail que se développent l’homme et son cadre de vie. Notre cadre de vie, c’est notre maison, notre quartier, notre ville et village, notre préfecture, l’Ogou et notre pays, le Togo. Le gouvernement continue à apporter son soutien au programme de création de l’emploi en appuyant le secteur privé et en offrant des facilités aux hommes d’affaire qui investissent au Togo, aussi bien les nationaux que des étrangers” a-t-il précisé. Il a assuré les travailleurs et travailleuses de toute leur disponibilité à travailler ensemble avec eux, sans discrimination aucune, dans le but de trouver des solutions adéquates aux problèmes inhérents à la préfecture de l’Ogou, aux futures communes et leurs chefs-lieux, ainsi qu’ aux villages et hameaux.

 

Le 1er mai c’est aussi la fête à la nouvelle société cotonnière du Togo NSCT et à la Direction Régionale des Arts et de la Culture des Plateaux. Le personnel de ces départements, à l’instar de tous les travailleurs et travailleuses ont marqué une pause après le défilé pour commémorer la journée. C’est dans une ambiance de solidarité que ces travailleurs et travailleuses de la NSCT, tous de blanc vêtus à l’effigie de la NSCT  se sont retrouvés dans leur structure pour célébrer cette journée.

 

Le personnel de la DRAC-Plateaux et les Responsables des groupes folkloriques réunis dans la FEAGROFAPO (Fédération des Associations des Groupes Folkloriques et Artistiques de la Préfecture de l’Ogou), tous de blanc vêtus se sont réunis, quant à eux, à l’hôtel flamboyant à Talo, pour partager un moment de convivialité et fraternité. L’occasion  a permis aux agents de la NSCT et des responsables de la promotion de la culture dans les plateaux d’échanger avec les premiers responsables de ces deux départements sur des défis à relever pour le bien être des travailleurs dans la préfecture.

 

Pour les premiers responsables, le 1er mai il y a ni supérieur ni subordonnés, il y a que des travailleurs réunis pour célébrer cette journée, les premiers responsables ont conviés leurs personnels à œuvrer dans l’intérêt de tous car au-delà  des revendications beaucoup restent à faire.

 

LandryKoss

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire