pub
International

Kadhafi, auteur de sa propre mort et de la destruction de la Lybie, pourquoi toujours accuser la France ?

Advertisement

Sa famille devenue presqu’inexistante.  Dans son pays, on le pleure toujours. Dans toute l’Afrique, on regrette sa mort surtout pour sa « noble qualité de bienfaiteur ». Et, on accuse toujours la France d’avoir arraché à l’affection de ses amoureux et de tous ses admirateurs l’Ex Guide Lybien  mort, il ya presque 5 ans de cela. Le Dictateur Mouhammar El Kadhafi plus célèbre aujourd’hui que de son vivant. Des millions d’Africains préféreraient le voir toujours maintenu au Pouvoir. Mais il a choisi sa voie : Mourir sur sa terre natale. Voeux exaucés. Alors pourquoi toujours le pleurer ? Pourquoi toujours le pleurer et continuer d’accuser la France ? Kadhafi pouvait bien éviter sa mort et la destruction de la Lybie. Criminel. L’homme qui décimait son peuple et qui violait ses « Amazones » et jeunes étudiantes était aussi très aimé. Oui ! Très aimé pour sa générosité. « Et au nom de cette générosité, il pouvait rester au Pouvoir et continuer de commettre des atrocités. ». « On s’en fou ».  C’est ce que pense  l’homme Africain. Dommage ! Dommage ! Dommage !

 

« Je savais que Kadhafi n’était pas un tyran ou un dictateur. Je savais que le pétrole lybien était consacré aux Lybiens. Je savais que Kadhafi avait bâti des villes dans le désert ». Des mots qui font des éloges de l’Ex Guide Lybien. Des mots qui justifient tous les bienfaits  du Colonel Kadhafi durant tout son règne. Electricité à usage domestique gratuite, l’eau à usage domestique gratuite. Le prix d’un litre d’essence est de 0,08 Euros. Les banques lybiennes accordent des prêts sans crédit.  Pas d’impôt, pas de TVA.  Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, le “gouvernement” attribue une bourse de 1 627,11 Euros par mois.  Tout étudiant diplômé reçoit le salaire moyen de la profession du cursus choisi s’il ne trouve pas d’emploi. Etat providence.

 

 Une  journaliste  parle aussi de cet ‘’Etat providence’’. Elle  vante les mérites du Colonel Lybien et écrit : « La propagande occidentale a diabolisé Muammar Kadhafi en le décrivant comme un tyran pathologique et un ennemi implacable des aspirations démocratiques de son peuple. Ce n’est pas vrai ».

 

Reste à savoir si ces propos et beaux mots étaient vrais et sincèrement pensés.  Certes le Guide Lybien avait fait  du bien durant son passage sur la terre des vivants. Il faisait du bien partout ou il passait. De Conakry à Bamako en passant par Lomé et Sokodé, Kadhafi avait fait parler de lui en termes de générosité.  Mais pourquoi ne pas parler de l’autre face de Kadhafi ? Pourquoi garder ces éléments comme les seuls outils objectifs pour défendre  l’Ex-Patron de la Lybie ? Pourquoi fermer les yeux sur le coté sanguinaire de l’homme et continuer d’accuser la France comme auteur de la mort du guide alors qu’il tuait, tuait et tuait encore ? La Lybie devenue presqu’ingérable aujourd’hui, Kadhafi n’ya-t-il pas sa responsabilité ? La France, seule auteur de  sa mort et de la destruction  de la Lybie ? Apparemment non !

 

Kadhafi, l’auteur de sa propre mort.

 

20 Octobre 2011. Le Colonel Muammar El Kadhafi assassiné. Le Ciel Lybien devient tout noir. De la joie, pouvait-on lire sur le visage des Lybiens filmés par des chaines internationales.  Dans les palais Présidentiels Africains, on reste peu bavard.  La Société civile africaine devient très furieuse et très remontée contre les puissances occidentales en particulier la France qui participaient à la guerre de la Lybie. Même attitude plus de 4 ans après. Plus de 4 ans après l’assassinat du Dictateur, on continue de tenir le même discours. La France ou l’occident toujours au centre des mécontentements surtout quand on jette un coup sur ce qu’est devenue la Lybie de Kadhafi. La Lybie de Kadhafi bien détruite. L’OTAN a bombardé la Lybie. La conséquence très difficile à gérer. On se tue, on s’entretue et les Lybiens continuent de s’entretuer. A qui la faute la faute alors ?

 

                                     ….Kadhafi pouvait éviter tout cela ?  

Nous sommes le mardi 15 février 2011. Benghazi, deuxième ville de la Lybie. Fethi Tarbel provoque des émeutes. Il est arrêté. Malgré l’annonce de sa libération le lendemain, les manifestants continuent de marcher sur la place Chajara. Dans le lot de ces manifestants, l’on pouvait dénombrer aussi les femmes, enfants et familles des prisonniers que Kadhafi avait fait  tuer dans la prison de Benghazi en 1996. . Fin juin 1996, plus d’un millier de prisonniers sont tués par les forces du régime en deux jours, dans la prison d’Abou Salim.   Parmi ces prisonniers, figuraient des étudiants, enseignants, médecins qui s’opposaient au Régime du Dictateur. Inspirés par la révolution Tunisienne provoquée par Muhammed Bouazizi, jeune étudiant qui s’immole le 17 décembre 2010 en Tunisie,  les familles de ces illustres disparus descendent dans les rues Lybiennes pour demander un peu plus de lumière sur des atrocités commises à l’endroit de leurs proches tués en 1996.  ,. Ces familles ne demandent pas le départ de Kadhafi, elles demandent juste que leur soit expliquées les conditions dans lesquelles sont morts leurs parents et que justice soit faite et pour qu’ils puissent reposer en paix. Le Guide fâché, demande que soit réprimé ladite manifestation et celles qui suivront. Kadhafi pouvait chercher à rencontrer ces familles, entrer en discussion avec elles et les dédommager. Il pouvait le faire, et c’aurait été la fin de ces mouvement de contestation, et on aurait même jamais connu une quelconque guerre Lybienne qui aboutirait à la dislocation du pays et à la mort de son Chef. Et de plus, on n’aurait pas entendu parler de l’intervention occidentale ou de l’OTAN, Organisation de l’Atlantique Nord en Lybie.

 

Kadhafi pouvait éviter sa mort et la destruction de son pays s’il avait été obéissant à la voie de plusieurs chefs d’Etat et de Gouvernement qui lui avait demandé à maintes reprises de quitter le Pouvoir. 25 Février, il appelle Tony Blair, Premier ministre Britannique et lui dit clairement que les djihadjistes attaqueraient l’Europe si le Pouvoir tombait de ses mains. Blair lui enjoint de quitter Tripoli afin de se mettre à l’abri. Kadhafi n’obéira pas.  Il aurait obéi, il serait encore vivant aujourd’hui.  Des mois plus tard, Jacob Zuma d’Afrique du Sud, Hugo Shavez du Vénézuela lui demandent quitter son pays et lui offrent leur pays comme terre d’asile. Le Guide Colonel refuse et dit au monde entier qu’il ne quittera pas son pays, il mourra sur son territoire. Devant tous ces argumentaires, faudrait-il encore accuser la France ou les autres Puissances Occidentales d’avoir tué Kadhafi ou avoir détruit la Lybie. Kadhafi qui disait qu’il aimait tant son pays, ne pouvait-il pas au nom de cet amour tout abandonner et quitter le pays ? Non, il avait préféré rester et dire à ces concitoyens « je vais vous tuer tous, vous êtes des rats ». C’est ce sanguinaire que les gens défendent ainsi. On trouve à manger et Kadhafi peut rester au Pouvoir. Qu’il tue ou pas, ce n’est plus leur problème. Ce qui est dommage, c’est l’attitude des défenseurs des droits de l’homme qui ne cessent de le défendre. « Kadhafi avait de grands projets pour l’Afrique », et puis ? Au nom de ses projets, il peut tuer ses frères Africains et demeurer éternellement au pouvoir ? En tout cas c’est ce que sous-entend, ce que défendent les défenseurs des Droits de l’homme et admirateurs du Colonel Kadhafi.  Dès son accession au pouvoir, le colonel Kadhafi a fait de la torture une arme de dissuasion massive contre toute tentative de velléité insurrectionnelle. Pendaisons et mutilations parfois télévisées réussissent à anéantir toute forme de rébellion. En 1980, il accentue la répression et arrête en masse des musulmans soupçonnés de vouloir le renverser. Il oublie que tout cela a une conséquence. Et c’est cette conséquence qui se déroule ainsi en 2011.  C’était Sarkozy qui lui avait demandé de tuer ses propres frères ces années antérieures à la guerre ?  Alors pourquoi toujours accuser Sarkozy ou la France ? Il paie juste pour ces atrocités commises. Il n’aurait pas tué les gens injustement en 1996 ou bien avant, il n’y aurait pas eu toutes ces révoltes et tous ces mouvements de contestation.

 

Ces mouvements ne sont pas nés en 2011. Ils ont des racines bien profondes. Pourquoi continuer de fermer les yeux sur les crimes du colonel et pourquoi toujours le soutenir même après sa mort ? Kadhafi qui violait ses amazones, garde rapprochées pour les passer par la suite à ses fils et officiers ne creusait-il pas déjà sa propre tombe. Kadhafi fait construire une clinique dans le sous-sol de l’Université de Tripoli.  Il abuse des jeunes étudiantes, les engrosse et les envoie dans cette clinique pour procéder à l’avortement. Malgré tout cela, les défenseurs des droits de l’homme défendent toujours Kadhafi et continuent d’accuser la France de Sarkozy.

 

« Je suis devenue son esclave sexuelle. Il m’a violée pendant cinq ans » marmonne une jeune fille de 20 ans. Elle avait 15 quand elle a été arrachée à sa famille. Une autre, 22 ans pleure « Mouammar Kadhafi a saccagé ma vie. ». Pourquoi ne pas parler de tout cela et ne parler que pétrodollars du Colonel ?  Le Guide Kadhafi était un monstre. Il a détruit la vie de centaines de jeunes filles.

…Kadhafi victime de sa diplomatie. Ses idéaux panafricainistes passent derrières ses propres intérêts.

De la période de l’embargo sur son pays jusqu’en 1999, Kadhafi parait essoufflé. Il se rend compte au fil des années que le marché africain devenait très restreint  pour son pétrole. Il avait besoin d’argent, de gloire. Il peut maintenant sacrifier une grande partie des biens de son pays pour ses propres intérêts. Renouer avec l’occident. Le panafricainsite change de veste. Il privatise une grande partie de l’économie de son pays.  De 1999 jusqu’au  début 2001, le régime de Kadhafi  réussit progressivement à normaliser ses relations avec l’Europe et les États-Unis, en promettant aux Européens et aux Américains des perspectives économiques juteuses et en se proposant de jouer le rôle de protecteur des Européens contre les migrations clandestines en provenance d’Afrique subsaharienne. Il affirme avoir réservé les meilleurs puits de pétroles aux Occidentaux. Il redevient fréquentable. Condolleeza Rice, Chef de la Diplomatie américaine de Bush Fils se rend à tripoli. D’autres Dirigeants du monde la suivront. Les Etats-Unis lèvent leur sanction contre la Lybie en 2004. En 2008, Silvio Berlusconi  paie des compensations à la Libye pour ces crimes coloniaux. C’était bien sûr une démarche intéressée : Berlusconi voulait bien se faire voir de Kadhafi pour conclure des partenariats économiques. L’Union européenne devient le principal client et fournisseur de la Libye. Elle représente près de 83 % des exportations libyennes (et 90 % de ses exportations pétrolières). En 2002, l’Italie (42,6 %), l’Allemagne (14,1 %) et l’Espagne (13,6 %) en sont les principaux clients. L’UE est son principal fournisseur (63 % des importations libyennes). Les principaux fournisseurs européens de la Libye sont l’Italie (25,6 %), l’Allemagne (9,8 %) et la France (5,7 %).

 

Kadhafi distribue son pétrole mais avec des contreparties. Il participe  fin juin 2009, au sommet  G8 à L’Aquila, en Italie où il s’était entretenu avec les dirigeants les plus puissants de la planète. 10 décembre 2007, il est  reçu au palais de l’Elysée par le Président Français Nicolas Sarkozy. Il participera aussi toutes ces années à l’assemblée générale des Nations-Unies aux Etats-Unis d’Amérique. Et dire ici que Kadhafi n’aimait pas les Blancs. Il a finalement compris l’essence-même de la Géopolitique. Il a muri. Seuls ses Africains refusent de comprendre sa démarche. Il ne peut pas s’enfermer éternellement. Il a besoin du monde et le monde a besoin de lui. Le Monde est ainsi fait.

 

Kadhafi a compris qu’il ne pouvait vivre seul et que son pays avait besoin des autres. Il finance la campagne présidentielle de Sarkozy et aurait même dit « Nous devons tout faire pour que Sarkozy gagne, nous aurons besoin de lui. S’il gagne , il va beaucoup nous aider ». Il aurait financé la campagne de  sarkozy à plus de 50 millions d’Euros.

C’est ce Kadhafi que les Africains soutiennent… Kadhafi n’était ni le premier ni le dernier à avoir financé une campgne présidentielle occidentale. Plusieurs dirigeants africains l’avaient fait avant lui, mais personne n’avait osé aborder le sujet publiquement. En diplomatie, ça ne parle pas. Il parlait trop. On pouvait l’aider à se taire. Il était pourtant censé maitriser toutes ces règles.

 

Personne n’a tué Kadhafi. Le Dictateur avait suffisamment tué, il avait suffisamment violé, il avait suffisamment vendu son pays aux occidentaux. Il a suffisamment fait du mal à son  pays, à son peuple. Il y a un prix à tout cela. Un prix lourd. Et le Colonel Kadhafi l’a payé. Il n’aurait pas renoué ses relations avec la l’Occident, personne n’aurait bombardé son pays. La mégalomanie, la recherche effrénée de la gloire l’ont obligé à se tourner vers l’occident. Ce sont ces éléments qui ont été la cause de sa mort. Il a mal géré sa diplomatie.

 

Ben Alide la Tunisie qui offrait des vacances aux Ministres Français sur son territoire est parti le 14 Janvier 2011, mois d’un mois après le début du printemps Arabe dans son pays. Il ne s’était pas accroché au Pouvoir pour insulter la France ou son Président d’alors ou pour dire au monde entier qu’il faisait du bien aux Autorités françaises. Hosni Moubarack l’Egyptien, l’Allié des Américains dans la Zone ne s’est pas accroché au Pouvoir en insultant les Américains ou à dire qu’il protège les intérêts Américains dans sa zone ou à dire à son peuple « Je vais vous tuer tous ». Les Américains l’ont lâché et il est tombé. En diplomatie, ça ne parle pas. Kadhafi a parlé. Et cela lui a couté. Kadhafi pouvait aussi partir et éviter toutes ces atrocités, partir quand Sarkozy et ses pairs le lui demandaient.

 

Personne n’a tué Kadhafi. Il est l’auteur de sa propre mort. Arrêtons d’accuser la France et Nicolas Sarkozy.

 

Firmin Téko-Agbo

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire