pub
International

Talon, Président ! Le Bénin fait triompher sa propre démocratie, « la guerre contre la France »

Advertisement

Le Bénin se fait peau neuve depuis dimanche. Il a un nouveau Président de la République. Ses fils et filles sans cesse  applaudissent des deux mains. Leur candidat frère Africain a gagné les élections présidentielles 2016.  « La guerre  contre la France » a donc marché.  Vote non dirigé contre un quelconque projet de société mais contre « un produit » Français. L’Afrique refuse toujours de s’élever, de  prendre de la hauteur et de se débarrasser des considérations compliquées. Des Préjugés.  Allons voir !

 

Lionel Zinsou ne sera pas Président du Benin. Du moins pas pour le moment. Il ne dirigera pas ce pays les 5 prochaines années.  Les Béninois ne veulent pas de lui. Ils voient en lui un envoyé spécial de la France à la tête de leur pays. Un Produit Français. Les Béninois n’aiment pas les Étrangers, apparemment, encore moins à la tête de leur pays. La xénophobie peut-être. Mais une xénophobie de bonne cause, diront certains. Le rève Zinsou vient donc de se dissiper. Son ambition s’écroule. Des millions de Béninois n’ont pas été très gentils avec cet homme, Zinsou, surtout par rapport à ses origines.  Des mots pas très courtois ont  été prononcés à son endroit  durant  toute la campagne du 2ème tour sur les médias,  les  réseaux sociaux, dans les coins et recoins du pays.,Le Candidat malheureux face à Patrice Talon va se définir son futur politique.  Son avenir d’homme d’Etat.

 

Le peuple Béninois très heureux. Très heureux d’avoir vaincu la France. Surtout au nom du régionalisme ou au nom d’une certaine xénophobie politique avancée. Le Peuple Béninois a sacrifié ce qu’on peut appeler l’idéologie ou projet de société en politique  sur l’autel du « frèrisme ».  Zinsou, très proche de Laurent Fabius, Ancien Chef de la Diplomatie Française va être peut-être déçu. Déçu par ce niveau de raisonnement de ses frères Africains. Il n’a pas à être déçu, car c’est une pratique courante sur le Continent noir. On ne vote pas de programme ou de projet de société en Afrique.  Au Togo, on vote juste détia, Ablodé ou le Régime en place RPT-UNIR non pas pour des programmes alléchants mais pour la plupart des cas, parce que celui-ci est du Nord et l’autre du Sud ou celui-là dit juste non au régime en place en tout, il est bien radical. Au Libéria en 2005, n’eut été le pragmatisme des occidentaux, Le footballeur Georges Weah serait vainqueur des urnes. Ses frères Libériens l’aimaient et voyaient en lui une grande Star. Ballon d’or européen 95. Un pays n’est pas un terrain de foot. Un bon joueur ne fait pas un bon Président.

 

La pratique est un peu compliquée en Afrique. Zinsou déçu.  Des gens le lui concèdent parce que, dans le pays qui l’a vu grandir, la France,la donne s’énonce autrement. Les Français n’ont pas vu en Nicolas Sarkozy un Etranger. Et pourtant Sarkozy n’est pas un Français de souche. Il est  d’origine juive. Nicolas Sarkozy est un Juif-Hongrois. Et il parle de ses origines dans son discours de victoire du 6 Mai 2007. « Mes Chers Compatriotes… en m’adressant à vous ce soir en ce moment qui, chacun le comprend, exceptionnel dans la vie d’un homme, je ressens une grande émotion…. J’aime la France comme on aime des êtres chers qui nous ont tout donnés. La France m’a tout donné. A mon tour de rendre la France ce que la France m’a donné ». Sarkozy veut juste être reconnaissant à l’endroit de ce pays qui n’est pas son pays d’origine mais qui a fait de lui ce qu’il est , ce qu’il est devenu. Président de la République.

Les Français n’ont vu l’aspect étranger de Sarkozy. Et pourtant il était face à une Française de souche. Ségolène Royal.  Il avait de bonnes propositions. Réforme des retraites,    défiscalisation des heures supplémentaires pour une hausse du pouvoir d’achat,  la Turquie ne rentrera pas dans l’Union Européenne parce que c’est un pays de l’Asie Mineure, réviser l’accord Shengen… Un programme qui a séduit de millions de Français. La Droite faisait déjà plus de 12 ans au Pouvoir avec Jacques Chirac. Le Peuple français a dit non à l’alternance en maintenant la Droite au Pouvoir, élire Sarko. Son programme paraissait interessant. C’était donc suffisant.

 

D’un Etranger à un autre. Les Français réitèrent l’histoire. Nous sommes le 6 Mai 2012. Ils confient le Pouvoir à un autre Etranger. François Hollande.  Hollande, patronyme.  Homonyme d’un pays , les Pays-Bas. Ses aïeux ont gardé ce nom en mémoire de leur terre d’origine. Le nom de Hollande vient en fait de cette génération de réfugiés des Pays-Bas qui avaient fui au XVIIème siècle les persécutions espagnoles catholiques pour se réfugier en Angleterre ou dans le Nord de la France. 

Les français ont fermé les yeux sur cet aspect du candidat François Hollande. Ses 60 propositions avaient séduit ses Compatriotes. Le Contrat de génération qui avait pour ambition d’inciter les entreprises à embaucher beaucoup plus de jeunes chômeurs  et la création de 60 mille postes de fonctionnaires constituaient les grandes lignes de son projet de société. Et sa longue série d’anaphore « Moi Président de la République » avait charmé de millions de Français.

 

Les Américains sont aussi très attachés au programme de société. La peau ou l’origine leur importe peu. En tout cas ces dernières années. Ils ont confié le Pouvoir à un Africain, un Kenyan. Ils pouvaient toujours le confier à un Blanc ou à un Noir Américain. Mais le Blanc sur la liste était loin de les convaincre en 2008 et en 2012. L’assurance santé de Barack Obama, ses projets de construire de nouvelles écoles, de nouvelles routes et sortir l’Amérique de la crise avaient pris le dessus. Le « Yes we can » a triomphé

 

Les Blancs se hissent très loin. Les Blancs sont pratgmatiques. Ils arrivent à dépasser le régionalisme ou des considérations liées aux origines quand l’intérêt de leurs Nations est en jeu. Zinsou, en faisant toute cette lecture a le droit d’être déçu. Demandez à un Béninois pourquoi il a voté Talon. Il lui serait  très difficile de répondre. En tout cas, il ne vous dira pas qu’il a porté son choix sur Talon pour ses quelconques ambitions pour le pays. Ainsi va l’Afrique. Les Africains n’arrivent toujours pas à faire des choix réalistes pouvant les positionner sur des chemins dépouillés de toute embûches au développement. Ils restent toujours enfermés dans des considérations régionalistes, tribales, ethniques et xénophobes. Ils mettent en branle depuis les années 50, 60 une politique qui consiste à dire non ou à rejeter l’occident.  Position officielle ambiguë.

             

Loin d’être réalistes… Les Africains

Peu d’Africains sont réalistes et éclairés dans leur choix. On se demande en fin de compte pourquoi ils aiment tant Nelson Mandéla? les Noirs Africains adulent Mandela sans même connaître et épouser ses idéaux.  On se rend compte au fil des années qu’ils ne comprennent grande chose de la démarche ou de l’héritage de l’Ancien Prisonnier le plus célèbre du monde. Nelson Mandela, à sa sortie de prison en Février 1990  a fait juste preuve d’un certain réalisme et d’une certaine intelligence. Ce qui manque cruellement aux Africains d’aujourd’hui.  Lors de ses premières conférences de presse des années 1990  , le Leader de la lutte Anti-apartheid magnifie l’Afrique du sud que les Blancs ont construite pour eux. «  En 27 ans, notre pays a vraiment changé, il ya de grandes routes, de grands ponts, de grandes universités… nous disons merci à nos frères Blancs d’avoir développé notre pays ». Mandéla se montre réaliste et propose un partage du Pouvoir. Un partage qui laisse en fait les Blancs à leur place. Il s’est rapidement rendu compte que lui et ses frères Noirs n’avaient pas encore l’expertise et le niveau nécessaire pour pouvoir diriger seuls l’Afrique du sud. Il fait disparaître l’aspect « race », l’aspect « origine », l’aspect « couleur de peau ».  ses frères au contraire s’opposaient à cette décision. Ils voulaient leur pays à eux seuls.  Mais l’Ancien Président a vite compris qu’ils n’étaient pas suffisamment éduqués, prèts pour pouvoir diriger tout seuls ce grand pays. Et il leur demande de continuer par s’éduquer. « l’éducation, c’est la clé ».  Mandéla aurait suivi ses frères Noirs, l’Afrique du Sud serait comme les autres Etats Africains. Le Kenya, le Bénin, le Burkina-Faso, le Togo, ou la Gambie peut-être.  L’Afrique aurait eu plusieurs Mandéla dans tous les pays dans les années  1950, 1960,  l’indépendance aurait été progressive, elle n’aurait pas été brutale, les Blancs seraient maintenus à leur place durant des décennies. Et plusieurs pays seraient aujourd’hui à l’image de l’Afrique du sud. Plusieurs pays se retrouveraient dans la posture des Territoires Français d’outre-Mer. Les Dom Tom.

 

Les erreurs du passé rattrapent les Africains mais ils ne s’en aperçoivent. Ils se disent souffrir mais ne cherchent qui choisir pour leur tracer le chemin du salut.  Le Benin pouvait être bien réaliste et dépasser ces considérations.

 

Mais à voir de près, des millions d’Africains paraissent incompris. Ils le clament haut et fort. Ils ne veulent pas de la France. Ils veulent gouverner tout seul. Comme si c’était possible. Ils ne veulent pas de la France. Mais ils aiment porter les vestes françaises, aller travailler ou étudier en France, consommer les meilleurs chocolats français, les meilleurs vins ,produit de France. Ils ne veulent pas de la France, mais ils adorent voir les entreprises françaises s’installer sur leur propre sol leur créant de l’emploi.  Les Béninois ne veulent pas de la France. Mais c’est la France qui les aide à assurer leur sécurité tout comme d’autres pays du Continent. C’est la France qui  les aide à lutter contre Boko Haram,c’est la France  qui finance leur Union Africaine.

 

Mais que voulaient au fait les Béninois ? ils ne voulaient pas du tout des Français mais ils ont choisi plus Français que lui. Zinsou,nom Béninois, rejeté. Talon, nom Français voté. Talon plus Français que Zinsou.  Apparemment, les Béninois ont dribblé tout le tout le monde.  On se demanderait si ce n’est de l’hypocrisie. Ils ont choisi plus Français que Zinsou. Afrique mon Afrique ! Afrique des fiers incompris !

 

Que les Béninois le veuillent ou non, c’est la France qui dictera ses lois à leur Président. Patrice Talon se soumettra durant toute sa mandature aux désirs et au bon vouloir du « Prince »  France. Talon mettra tout en œuvre pour garantir et protéger les intérêts français. Yayi Boni l’avait fait en 2006. Talon ne dérogera pas à la règle. Cela va ainsi pour tous les Chefs d’Etat Africains.   Du moment ou ils n’arriveront toujours pas à se définir leur modèle de société, eux et leurs pays dépendront toujours de la France, de l’occident.  Du moment ou ils tendront toujours leurs mains vers la France, l’occident avec mine grise qui pleurniche et position à genou, il leur serait difficile de rentrer suffisamment dans l’histoire.

 

Afrique mon Afrique! Afrique des fiers incompris! tu refuses toujours d’entrer sur la Grande scène de l’histoire…

 

Frmin-Teko Agbo

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire