pub
Justice

Les ODDH et les personnes en charge de l’application de la loi en atelier de renforcement de capacité à Atakpamé

Advertisement

Le Collectif des Associations contre l’Impunité et la Corruption (CACIT) a organisé ce mercredi 23 mars 2016 à Atakpamé, un atelier de renforcement de capacités des ODDH et les acteurs en charge de l’implication de la loi dans la ville d’Atakpamé.

 

C’est dans le cadre de l’action de la société civile contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.                                    

L’objectif est de  permettre aux agents chargés de l’application de la loi de s’imprégner du cadre juridique et des mécanismes nationaux, régionaux et internationaux de lutte contre la torture. Mais aussi aux ODDH de maîtriser les méthodes de saisine des mécanismes nationaux, régionaux et internationaux de lutte contre la torture et les mauvais traitements eu Togo.

 

En ouvrant les travaux, le préfet de l’Ogou, Akakpo Edoh, a souhaité la bienvenue aux participants et a remercié l’OMCT pour son appui à cette initiative. Il a émit le vœu que la collaboration qui va naître entre le CACIT et les personnes en charge de l’application de la loi et les ODDH de la région des Plateaux puisse porter ses fruits et que le Togo en sorte gagnant sur le plan de la consolidation de l’Etat de droit et d’une réconciliation nationale effective.

 

Le président du conseil d’administration de CACIT, M. Mahoule Kodjo Spéro a exprimé sa gratitude à l’OMCT, aux autorités de la ville d’Atakpamé et aux personnes en charge de l’application de la loi et les ODDH de la région des Plateaux pour leur présence à l’atelier. Il a convié les un et les autres à méditer sur cette citation de Daniel Pennac qui dit que « la torture, ça ne consiste pas seulement à faire mal, ça consiste à désoler un être jusqu’à ce qu’il soit très loin de l’espèce humaine ».

 

 Pour le point focal de CACIT et président des ODDH de la région des Plateaux M. Kpétsu Bob et le chargé de projet à l’OMCT Mme Garance Tardio, il est urgent et nécessaire de faire les choses autrement et de la façon la plus adéquate dans l’intérêt de nos populations. Raison pour laquelle l’action de la société civile doit être renforcée afin d’amener les différents acteurs impliqués à mieux lutter contre la torture, en synergie avec les acteurs gouvernementaux.

 

LandryKoss

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire