Au fil des questions réponses

Invité d’Honneur sur Togoportail : M. Joël Misséboukpo

Advertisement

Le Festival du Cinéma de Lomé (FESCILOM) se prépare pour la tenue de sa 3ème édition du 07 au 14 avril prochain dans la capitale togolaise. Portant sur le thème « CINÉMA ET LES OBJECTIFS DU DÉVELOPPEMENT DURABLES : Environnement et Droits de l’homme », l’acte 3 de FESCILOM va réunir les professionnels du métiers de cinéma du Togo, de l’Afrique et d’ailleurs autour d’une série d’activités de promotion du 7è art. Le Délégué Général du Festival, M. Joël Misséboukpo s’est confié à Togoportail dont voici le rendu. Bonne lecture.

Togoportail : Vous venez de lancer l’appel aux films comptant pour la prochaine édition du FESCILOM, expliquez nous un peu ce qui se fait pendant cette période.

Joël Misséboukpo : Merci pour l’opportunité que vous me donnez de communiquer une fois encore avec le public sur le FESCILOM 3. Je rappelle que l’appel aux films ouvre le bal pour les festivités préparant la 3è édition de la fête du cinéma qui a lieu chaque année à Lomé depuis bientôt 3 ans.

C’est la période où les réalisateurs, les producteurs et acteurs peuvent s’inscrire et faire enregistrer leurs films au niveau du festival, tant pour une compétition que pour une projection ou encore pour une formation. Cette année le festival est ouvert aux films fictions courts, aux documentaires courts, aux clips vidéo ainsi qu’aux longs métrages. Il est à noter que les films longs métrages seront projetés en off.

La validité d’une candidature requiert la présentation d’un dossier comprenant la fiche d’inscription dûment remplie à laquelle sont jointes deux copies de DVD du film ou du clip vidéo et une affiche A3 ou A4. Le dossier doit être déposé au secrétariat de la radio ZEPHYR pour les candidats vivants au Togo ou par mail sur fescilom@gmail.com par VIMEO/WE TRANSFERT/DROPBOX pour ceux qui sont hors du TOGO ou par poste à l’adresse FESCILOM S/C radio ZEPHYR 143, Rue des sureaux HEDZRANAWOE-TCHAMBAKOME B.P.20017 Lomé-Togo Tél. +228 91 98 07 97 / 96 49 38 22

C’est également la période d’inscription pour ceux qui s’intéressent  à l’actorat et la réalisation de s’inscrire pour ces modules de formations.

 

Sous quel thème placez-vous cette édition et où se tiendra cette 3è édition ?

Le Monde entier vient de suivre récemment le sommet de la COP21 dont les pays africains attendent les retombées. Il nous souvient également que pendant longtemps nous avons parlé des Objectifs du Millénaires pour le Développement et aujourd’hui le monde passe de ces Objectifs aux ODD : OBJECTIFS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Pour cette édition, le festival du cinéma de Lomé veut mettre à l’honneur ces ODD en parlant de l’environnement et des droits de l’homme.

En résumé la 3è édition du FESCILOM est placée sous le thème : « CINÉMA ET LES OBJECTIFS DU DÉVELOPPEMENT DURABLES : Environnement et Droits de l’homme ». Dans ce cadre, nous ferons appel à tous les partenaires qui s’investissent dans le domaine des droits humains, droits des enfants ainsi qu’aux techniciens environnementaux pour des ateliers de formation. Des conférences et colloques meubleront ce festival pour sensibiliser par le biais du cinéma le public sur les comportements à adopter en ce 21è siècle pour préserver les acquis des droits humains et lutter contre toutes formes de destruction de l’environnement et aussi éclairer la population sur l’importance de l’utilisation des énergies alternatives.

 

Le lieu ?

C’est le moment de remercier le Centre St Jean Apôtre qui a hébergé le FESCILOM pendant deux ans consécutives avec toutes les qualités possibles, cette année l’Institut Français de Lomé qui a rouvert ses portes accueillera le FESCILOM et tous les Festivaliers d’horizons divers. Nous les remercions.

 

L’année passée on a connu la 2è édition du FESCILOM, quel bilan faites-vous de cette expérience ?

L’année dernière (2015) nous avons organisé la 2è édition du FESCILOM et cela nous a grandis en expériences et en sagesse. En ce sens qu’aujourd’hui, nous parlerons de bilan en deux volets.

Dans un premier temps, nos propos concerneront le bilan sur le terrain, ce que nous avons fait concrètement, en matière de formations, de réalisations, de conférences et de master class. Toutes les activités inscrites au programme ont été exécutées presque en totalité. Aujourd’hui, nous pouvons dire que, sans nous jeter des fleurs, nous apportons aussi notre pierre à la construction de l’édifice en confirmant les réussites enregistrées au bilan de cette deuxième édition sur le plan de la formation, de l’information et de l’exécution de ce projet. L’autre volet, en matière de bilan, c’est le volet financier ou les charges ont largement dépassé nos prévisions, mais on s’est dit qu’en toute chose le début est difficile et nous le prenons avec tact et fair Play. Donc aujourd’hui, nous avons mieux ménagé notre monture pour aller plus loin dans cette aventure.

 

A quoi le public doit-il s’attendre pour cette 3 édition ?

Cette année, nous mettons plus l’accent sur les échanges, les rencontres, les projections publiques pour permettre à la population de renouer avec le cinéma trop longtemps négligé dans notre pays. En plus, le Festival se propose d’assurer 3 modules de formation ; le 1er en actorat, le 2ème en réalisation et le 3è se focalisera sur l’initiation des enfants aux jeux d’acteurs et à la fin du Festival, la commission technique prévoit de tourner 3 courts métrages ; le 1er portant sur les droits de l’homme ; le 2nd traitant sur l’environnement et le 3 concernant le droit des enfants.

Vous êtes directeur d’un jeune festival, avez-vous des relations avec d’autres festivals, en Afrique ou ailleurs  ?

Concernant nos contacts avec d’autres festivals, je rappelle ici que nous travaillons sous le couvert du premier partenaire du FESCILOM, le festival du court métrage de Clermont Ferrand qui se tient chaque année pendant le mois de février en France.

Ce festival a un œil assez minutieux sur nos activités et nous assiste par ses conseils par lesquels il nous aide à planifier nos programmations. Aujourd’hui, nous tissons des relations avec le festival de Besançon et avec celui d’Amiens pour bénéficier de leurs apports en matière de formation et d’expériences pour notre jeune festival.

Sur le plan sous régional, je rappelle que nous avons des relations avec le FESPACO (Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou), le festival Quintessence à Ouidah au Bénin. Pour ne parler que de ceux-là. Et c’est à ce titre, que notre jeune festival peut avoir des ailes pour voler très haut comme l’épervier et nous avons pour mission surtout d’aller « Jusqu’au bout de la perfection ».

 

On a remarque que la 2e édition a beaucoup promeut le cinéma local et sous régional ; Avez-vous prévu récompenser d’autres grands noms du cinéma cette année ?

Je précise que FESCILOM ne bénéficie en aucun cas d’appuis financiers de nos différents partenaires dont je viens de vous faire cas. Nos relations sont plutôt axées sur des accompagnements en matière de conseils, de formations et de relais de l’information. Bien évidemment le cinéma africain évolue remarquablement et l’un de nos objectifs est la promotion des films locaux et vous pouvez le constater par vous-même en appréciant quelques-uns du palmarès de la 2è édition :

Meilleur Court Métrage International remporté par le Film UNDER THE BELL du Burkinabé Barth Lambert OUBDA ;

Meilleur Court Métrage Togolais remporté par le film les AVALES DU GRAND BLEU du Togolais Maxime TCHINCOUN ;

Révélation du Cinéma togolais remporté par Maxime TCHINCOUN

Meilleure actrice togolais remporté par Mlle TOURE M Reyhanath

Spéciale BOBINE 2015 remporté par le film « PAPA » de la réalisatrice Agnès AGBOGNITO

Et cette année nous comptons aller plus loin en introduisant d’autres prix et distinctions comme :

 A) Les meilleurs acteurs et actrices

Ce prix a pour objectif de récompenser l’acteur de cinéma de l’année. Ce prix mettra les projecteurs du festival sur l’ « acteur-homme » et « actrice-femme » qui ont marqué les sorties cinématographiques de l’année.

B) La meilleure femme du monde cinématographique togolais

Ce prix est un point essentiel dans les orientations principales du Festival du Cinéma de Lomé. Le comité d’organisation met l’accent sur la promotion des femmes professionnelles des métiers du cinéma. C’est dans ce sens que ce prix sera attribué à une femme qui œuvre dans le monde du cinéma, quel que soit sa spécialité.

C) Le meilleur film court

Ce prix est une clause d’ouverture pour les talents et amateurs ou étudiants en cinéma qui s’essayent à la production et à la réalisation cinématographique. C’est une récompense qui sanctionne l’innovation cinématographique, surtout en ce qui concerne les films d’animation.

D) Meilleur film documentaire court

E) Distinction honorifique

Cette distinction honorifique est une récompense faite à un homme ou une femme qui a marqué le cinéma togolais, africain ou mondial à une période donnée, par ces productions ou une action en faveur du cinéma.

F) Distinction Intégration Africaine

Cette distinction est un prix pour consolider un levier de promotion de l’intégration sous régionale et africaine. Le comité d’organisation du FESCILOM est convaincu que le cinéma africain ne peut être valorisé que si nous, acteurs, le rendons viable et fiable que dans un cadre africain. Ce prix va récompenser une personne ou une organisation qui œuvre à l’avancement et surtout la promotion du cinéma africain.

G) Distinction Cinéma du Monde

Cette distinction veut récompenser une personne ou une organisation internationale qui œuvre dans le domaine du cinéma. Le FESCILOM étant une plate-forme internationale, ce prix est un trait d’union avec « l’universel mondial du cinéma ».

 

Quels sont les pays qui sont attendus au Togo pour cette 3è édition ?

Cette année, outre nos traditionnels partenaires, nous nous sommes adressés à l’ambassadeur d’Egypte résidant au Togo pour mettre à l’honneur, en tant que pays hôte de la vallée des pharaons afin de profiter des avancées de ce pays en matière du 7è art … et ce sera un plus qu’au travers de cette collaboration nous puissions mieux découvrir toute la civilisation égyptienne, berceau de l’Humanité.

A part l’Egypte plusieurs pays de la sous région se sont déjà annoncé par leurs films dans la capitale togolaise. Aux nombres de ses pays nous pouvons citer le Nigéria ; le Bénin ; la Côte d’Ivoire ; le Mali ; la Guinée ; la France ; la Belgique ; le Burkina ; le Ghana et j’en passe…

 

Vous avez évoqué des difficultés financières concernant la première et la deuxième édition. Qu’en est-il exactement quant à cette édition 2016 côté finance ? Et à quelques mois de la tenue du festival, le comité d’organisation est-il fin prêt ?

Difficultés financières, oui, énormément. Le comité d’organisation est prêt ? On n’est jamais fin prêt. Nous sommes à plus ou moins deux mois du festival et le comité travaille d’arrache-pied avec les partenaires. D’ores et déjà je voudrais remercier notre premier partenaire, la Présidence de la République qui garantit la stabilité pour que l’événement ait lieu et nous espérons vivement que l’appui financier suivra très bientôt, ensuite le ministère de la culture par son appui au travers du FAC Fonds d’Aide à la Culture; C’est l’occasion de remercier tout particulièrement TOGO CELLULAIRE qui demeure à nos côtés des les 1eres heures de ce projet et qui nous permet de tenir nos engagements vis-à-vis de la population. Je ne finirai cette liste sans remercier sincèrement le chef de la délégation de l’Union Européenne qui nous a positivement marqué par sa présence personnelle à nos côtés ; et aussi les collectifs des associations contre l’impunité au Togo CACIT. Nous jetons également des fleurs aux deux écoles de cinéma présentes au Togo ; l’école « ECRAN » et « ESEC » qui nous offre leur savoir faire en matière de formation cinématographique. Remercions la présence cette année de KYA ENERGY GROUP spécialisé dans les énergies alternatives parmi nos partenaires ! Nous solliciterons de tous ces partenaires un soutien particulier pour nous permettre de réussir cette 3 édition de FESCILOM afin de hisser assez haut le drapeau cinématographique du Togo à l’échelle internationale.

 

Un mot de fin ?

Je remercie toute la presse nationale et internationale qui nous accompagne chaque année ;

Je reconnais que nos moyens financiers ne nous permettent pas toujours de combler toutes les attentes. Mais nous sommes déterminés à réussir le pari d’organiser une fête grandiose du cinéma à travers FESCILOM car nous y croyons fermement et nous prions Dieu de nous venir en aide pour relever ce défi.

Alors nous lançons un appel à ceux qui hésitent encore à se joindre à nous. Venez car nous attendons vos contributions pour ensemble relever les défis du millénaire qui s’imposent à nous tous pour célébrer la 3ème édition consécutive du FESCILOM (Festival du Cinéma de Lomé) avec beaucoup d’éclats.

Je vous remercie.

AFFICHE_FESCILOM2016_WEB.jpg

Advertisement

Publier un commentaire