pub
International

Grâce présidentielle en Côte d’Ivoire : Mme Simone Gbagbo et ses co-condamnés restent en prison

Advertisement

La Côte d’Ivoire a connu comme la plupart des Nations les messages de voeux de son homme fort, le chef de l’Etat. Dans son message de voeux à la Nation, le président de la République Ivoirienne a annoncé la libération de plusieurs prisonniers politiques, précisement 3 100 prisonniers ivoiriens. Une mesure qui se présente comme un acte devant renforcer l’élan confiance et d’assouplissement du climat de fraternité, de pardon et de réconciliation, pour lequel aspire le peuple ivoirien et le président Ouattara.

 

On sait désormais un peu plus sur le profil des 3.100 prisonniers ivoiriens qui vont bénéficier de la grâce présidentielle annoncée le 31 décembre 2015 dernier par le chef de l’Etat de la Côte d’ivoire, Alassane Ouattara dans son discours de vœux à la nation ivoirien.

 

Le ministre ivoirien de la Justice Gnenema Mamadou Coulibaly lors de sa sortie le lundi 04 janvier 2016 soulignait que : ”Ceux qui sont condamnés récemment par les assises pour atteinte à la sûreté de l’Etat, dont l’ancienne première dame, Simone Gbagbo, ne peuvent pas bénéficier de cette grâce. Seuls les droits communs coupables de délits mineurs qui vont bénéficier de cette grâce présidentielle”.

 

Il a précisé que ceux-là qui sont condamnés devant le tribunal correctionnel pour trouble à l’ordre public ou par voix de fait, vont bénéficier de la grâce; pour ces cas, il n’y a pas en la matière de crime. Mais là où il y a la nuance, c’est le complot contre la sûreté de l’Etat, ce qui est un crime. Les personnes condamnées pour complot, sont exclues.

 

Dès l’annonce de cette mesure, l’Association des femmes et des familles de détenus d’opinion de Côte d’Ivoire est montée au créneau pour proposer que ceux qui ont été condamnés dans le cadre de la crise politique que le  pays a connu entre 2010 et 2011, ont le droit de bénéficier de cette grâce présidentielle, histoire de renforcer le processus de réconciliation en cours.

 

Pour les autorités ivoiriennes, cette mesure d’accorder la grâce présidentielle à 3.100 prisonniers vient à point nommé pour désengorger les 34 prisons du pays avec leurs 12.000 locataires au lieu de 7.000 prévus.

 

Landrykoss

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire