pub
Economie

Interview exclusive de M. Pierre-Antoine Gailly, vice-président du CPCCAF et président de la Chambre du Commerce de Paris

Advertisement

Le vice-président de la Conférence Permanent des Chambres Consulaires Africaines Francophones (CPCCAF) dans une interview exclusive accordée à Togoportail revient sur les atouts de ce cadre qui regroupe les chambres consulaires des pays francophones.

 

Togoportail : Quels sont les enjeux de la 41 assemblée générale de la Conférence Permanent des Chambres Consulaires Africaines Francophones ?

M. Pierre-Antoine Gailly : Les enjeux de ces assises de Lomé, c’est de favoriser tout le développement économique possible entre l’Afrique et les pays francophones dits du Nord, à savoir la France, la Belgique, le Québec et très bientôt le Luxembourg et la Suisse. Donc, nous sommes ici pour de la coopération, mais aussi le développement économique. Nous sommes accompagnés par un nombre d’entreprises françaises qui viennent au devant des entreprises togolaises pour développer leurs marchés.

 

togoportail : Pensez-vous que ce cadre peut servir de levier pour la promotion du secteur privé dans les pays africain francophones ?

M. Pierre-Antoine Gailly : Bien sure. Nous sommes une initiative privé des chambres du commerce. Je suis un entrepreneur privé français. Donc, lorsque je me déplace à l’étranger et singulièrement en Afrique, c’est pour faire en sorte que le secteur privé prospère et se développe à la vitesse de l’Afrique, c’est-à-dire rapidement. Ce cadre peut servir de levier pour le développement du secteur privé dans la mesure où il permet des échanges fructueux entre les chambres consulaires.

 

Togoportail : Comment voyez-vous le climat des affaires dans les pays africains francophones ?

M. Pierre-Antoine Gailly : Ecouter lorsque nous sommes en France et que nous vivons des croissances très faibles mais c’est l’inverse ici en Afrique avec des pays à croissance forte et parfois à deux chiffres. Donc, c’est pour nous l’occasion de se réjouir non seulement que le continent africain se développe rapidement, mais également d’avoir des marchés qui vont plus vite que la moyenne.

 

Interview : quel regard portez-vous sur le potentiel des pays africains francophones tels que le Togo ?

M. Pierre-Antoine Gailly : Le Togo a plusieurs ressources minières et on connaît son potentiel agricole. En plus, je crois que le pays a un rôle de plateforme particulier avec son port en eau profonde de la sous région. Tout ceci permet au Togo d’être un lieu de transit et de transport pour desservir d’autres pays.

 

Togoportail : Avez-vous eu des rencontres particulières avec des entrepreneurs togolais en marge de vos assises ?

M. Pierre-Antoine Gailly : vous savez, nous profitons de la foire internationale de Lomé pour organiser des rencontres B2B, afin de permettre aux entrepreneurs venus des pays francophones du Nord de nouer des partenariats d’affaires avec leurs homologues togolais en marge des assises de la CPCCAF. Nous avons des chefs d’entreprise venus de la France, de la Belgique et d’autres pays francophones qui vont échanger avec les entreprises qui vont exposer à la foire internationale de Lomé.

 

Interview réalisée par Ekoué Blame

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire