pub
Environnement

Paris : COP 21, une tribune d’envergure pour les enjeux de changement climatique

Advertisement

Ce 30 novembre, s’ouvre à Paris la 21 Conférence sur les Changements Climatiques COP 21. Sont attendus 150 chefs d’Etat dont le président Togolais Faure Essozimna Gnassingbé. Cette participation d’un nombre aussi important de chefs d’Etat, fait de la COP 21 l’un des plus importantes conférences diplomatiques jamais organisées en dehors des assemblées générales des Nations Unies à New York. L’ouverture officielle de la cérémonie se déroule ce lundi matin sous la préséance du président Français François Hollande qui entre temps aura à accueillir personnellement ses homologues hôtes.

 

Après les conférences de Varsovie (Pologne) en 2013, de Lima (Pérou) en 2014, la France accueille et préside la 21 Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21/CMP11), du 30 novembre au 11 décembre 2015. C’est une échéance cruciale puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous, pour maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C.

 

Ainsi, tous les États ont été invités à communiquer leur contribution (INDC) en matière de réduction de gaz à effet de serre en amont de la COP21.

 

Avant d’arriver à cette étape de Paris au terme de la quelle sera voté le texte d’un nouvel accord universel sur le climat, applicable à tous les délégués des 195 pays-parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), plusieurs sessions de négociations ont déjà eu lieu cette année. Il s’agit donc pour 2015, d’une année de négociations marquée par la publication du rapport de l’OCDE avec le think tank Climate Policy Initiative sur les financements climat le 7 octobre dernier. D’après le rapport, 62 milliards de dollars ont été mobilisés en 2014 par les pays développés en faveur des pays en développement pour les aider à faire face aux changements. Une annonce qui a permis constater que l’objectif des 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, pris par les pays développés à Copenhague en 2009, est à portée de main.

 

Un des enjeux de l’accord de Paris sera de mettre en place un mécanisme de révision périodique, idéalement tous les cinq ans, pour relever l’ambition de chacun et d’améliorer progressivement la trajectoire collective.

 L’objectif de la COP21 est de bâtir une «  alliance de Paris pour le climat », qui permette de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en-dessous de 2°C d’ici 2100 et d’adapter nos sociétés aux dérèglements existants.

 

L’un des enjeux capital attendu lors de la COP 21 est la préoccupation de ne pas perdre de vue la volonté de limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici 2100. Cela induit la prise en compte dans les grandes décisions des efforts de tous les niveaux et de tout acteur à œuvrer à une limitation de gaz à effet de serre engendré par l’utilisation excessive de charbons, de pétrole…La nouvelle tendance opté beaucoup plus pour l’utilisation de l’énergie renouvelable et durable.

 

Soulignons qu’un réchauffement supérieur à 2°C entraînerait des conséquences graves, comme la multiplication des événements climatiques extrêmes. A Copenhague en 2009, les pays ont affirmé leur volonté de limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici 2100. Pour atteindre cet objectif, les experts climatiques du GIEC estiment que les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent être réduites de 40 % à 70 % d’ici à 2050 et que la neutralité carbone (zéro émission) doit être atteinte au plus tard à la fin du siècle.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement

Publier un commentaire