pub
Environnement

La Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique COP 21 est officiellement ouverte ce lundi à Paris sur de bonnes notes d’espoir

Advertisement

La 21 Conférence des Nations Unies pour le Changement Climatique (COP 21) s’est ouverte officiellement ce lundi 30 novembre à Paris Bourget dans une solennité de grandes rencontres internationales. François Hollande, le président français après avoir accueilli l’essentiel des 150 chefs d’Etat et de gouvernement présents à la conférence, est passé aux choses sérieuses avec l’étape des discours officiels annonçant l’ouverture officielle proprement dite. Dans une ambiance un peu alourdie de tension et d’émotion marquant les esprits épris de compassion suite aux derniers attentats de Paris en état d’urgence, les interventions du président François Hollande, du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon et du ministre français des Affaires Etrangères Laurent Fabius, ont donné le ton.

 

Les regards seront rivés sur Paris du 30 novembre au 11 décembre, d’où doit sortir un accord historique sur le climat. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et président de la COP21, a ouvert officiellement la 21e Conférence des parties sur le changement climatique, peu après 10h. “Nous avons une obligation de succès” car “l’enjeu est beaucoup trop important et la menace climatique beaucoup trop grande pour que nous puissions nous contenter d’un accord minimal“, a-t-il déclaré.

 

Pour François Hollande, « c’est le sort de l’humanité qui est à l’ordre du jour de cette conférence ».La conférence de Paris qui a mobilisé un nombre impressionnant de chefs d’Etat et de gouvernement des pays du monde entier, est dans l’attente de porter l’espoir d’un accord historique pour limiter le réchauffement de la planète.

Il est temps de trouver des compromis” a affirmé le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon qui en prenant la parole, a fait observer une minute de silence en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre. “Une des clés de la lutte contre le changement climatique est l’utilisation des énergies renouvelables et solaires” a-t-il ajouté.

 

Au terme de la conférence, “le 12 décembre, un accord doit être trouvé à Paris“, a souligné François Hollande qui demande un accord “différencié, universel et contraignant“. “Les pays développés doivent assumer leur responsabilité historique, ce sont eux qui ont émis pendant des années le plus de gaz à effet de serre ; les pays émergents doivent accélérer leur transition énergétique, les pays en développement doivent être accompagnés dans leur adaptation aux impacts climatiques“, a-t-il résumé.

Pour la Secrétaire exécutive de la CCNUCC Christiana Figueres « face à l’adversité, face aux menaces de toutes sortes, Paris doit être là où le monde s’unit. Jamais une responsabilité aussi grande n’avait été dans les mains de si peu de gens, le monde vous regarde, le monde compte sur vous ».

 

Une suite de discours de quelques minutes portés par chacun de l’ensemble des pays participant à la conférence, a marqué cette première journée de la COP 21. Pour ce qui concerne les grandes puissances du monde, que ce soit les président des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la Russie, de la Chine, les positions semblent s’uniformiser sur l’urgence de sortir de cette conférence avec un accord contraignant pour réduire les émissions de gaz à effets de serre. “Les Etats-Unis reconnaissent leur rôle dans la genèse du problème” du réchauffement climatique et “assument leur responsabilité pour le régler“, a déclaré le président Américain Barack Obama qui a reconnu que : “nous sommes en mesure de changer l’avenir ici et maintenant, mais ce ne sera possible que si nous sommes à la hauteur des enjeux. Nous avons prouvé qu’une croissance économique forte et un environnement plus sain n’étaient pas forcément en conflit“.

 

Pour Angela Merkel, les pays riches doivent “tenir leur promesse” de verser tous les ans aux pays pauvres 100 milliards de dollars dès 2020 pour les aider à faire face au changement climatique. C’est qu’a souligné la chancelière Allemande lors de son intervention.

Quant à Vladimir Poutine de la Russie, son pays œuvre à la réduction de gaz à effet de serre, notamment en modernisant ses structures, le tout en doublant son PIB. Il a souligné le rôle des forêts, nécessaire à préserver car elles sont « un poumon pour la planète » et nombreuses en Russie.

 

Le président chinois Xi Jinping a appelé les pays riches à “apporter un appui financier accru” au-delà de 2020 aux pays en voie de développement pour les aider à lutter contre le réchauffement climatique. “Les pays développés doivent « être à la hauteur de leurs engagements » en parvenant d’ici à 2020 à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour financer des projets climat dans les pays du Sud“, a précisé le président Xi Jinping.

 

Aides aux pays en développement, investissements dans les énergies renouvelables… Les dirigeants du monde et la classe politique française attendent des décisions concrètes à l’issue de la COP21, la grande conférence de l’ONU sur le climat.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement

Publier un commentaire