pub
Politique

Bâtir une paix durable au Togo, la contribution du PNUD

Advertisement

Eriger une infrastructure de paix durable, telle est l’ambition des autorités togolaise pour faire face aux défis du développement et de la réconciliation nationale. Depuis de nombreuses années, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) apporte son concours et son expertise dans ce domaine. Ce matin, les travaux en vue des consultations nationales doublées de campagnes de sensibilisation pour l’édification d’une infrastructure de paix durable ont été lancés en présence de nombreuses personnalités politiques, administratives et religieuses. Les membres de la société civile et des médias prennent également part aux travaux.

 

« L’édification d’une infrastructure de paix durable se justifie par le besoin que ressent tout individu de construire, de fonder une famille, d’appartenir à un groupe dans lequel chacun mutualise ses efforts, (…) pour assurer l’ordre dans l’intérêt de tous » a dit M. Siaka Coulibaly, au nom de Mme la Représentante Résidente du PNUD au Togo. Selon M. Coulibaly, le Projet infrastructure de paix soutenu par le PNUD, découle des conclusions de la Déclaration d’Accra approuvées par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui encourage les pays membres à créer des institutions de paix. « Ceci est également une des réponses du Bureau pays aux priorités du Gouvernement togolais en matière de consolidation de la paix et de réconciliation nationale ».

 

Durant les deux jours de travaux, conduits par le Centre de droit public de l’Université de Lomé en collaboration avec le Haut Commissariat à la Réconciliation et au renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), les participants devront établir des mécanismes d’accompagnement du processus de consolidation de la paix en cours dans le pays.

PNUD.jpg

 

 

 

En 2012, les Nations Unies, à travers le PNUD ainsi que d’autres partenaires comme l’Union européenne ont soutenu le processus de justice, vérité et réconciliation (CVJR) au Togo. La mise en oeuvre des 68 recommandations issues du rapport de la CVJR a été confiée au HCRRUN, une institution créée par les autorités togolaises et qui bénéficie du soutien des Nations Unies et des autres partenaires dans « sa noble mission visant au renforcement des bases de la paix et la sécurité pour un développement socio économique du Togo » a déclaré M. Coulibaly.

 

Ce fut une occasion pour Mme Mamata Issifou Dicko, Assistante Spéciale du Représentant Permanent de la CEDEAO de partager avec l’assistance des éléments de réflexion sur les fondements et défis du mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité dans l’espace communautaire.

 

Pour le Directeur du Centre de Droit public de l’Université de Lomé, Professeur Dodzi Kokoroko, il est urgent de reformuler la notion de “citoyenneté démocratique et d’emmener les populations à faire face « aux démons du passé ».

 

Emile Kenkou pour le PNUD

Togoportail, l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire