pub
Culture

TOGO/ Atakpamé : La 1ère édition du Festival de Danses Folkloriques du Grand Ogou a tenu toutes ses promesses

Advertisement

La 1ère édition du Festival de Danses Folkloriques du Grand Ogou, inscrite dans les activités de la fête Odon-Itsu 2015, a réuni les filles et fils de l’Ogou au stade municipal d’Atakpamé le samedi 08 Août à 15 heures pour la phase finale de la compétition. Organisé par le Comité d’Organisation Odon Itsu 2015 et la Direction Régionale des Arts et de la Culture, ce festival a mis en compétition quarante (40) groupes qui étaient en lice et dont quatre (04) n’y ont pas pris part. Trente six (36) ont participé les 5 et 6 Août à la phase éliminatoire. Dix (10) groupes sont retenus en raison de deux par catégorie pour cette phase ultime.

 

Depuis le 05 août dernier, Atakpamé la ville des 7 collines a connu une ambiance particulière avec la mobilisation de différents groupes folkloriques qui ont pris d’assaut les arènes de compétition des grands jours pour s’illustrer et faire bonne impression à travers un festival dénommé FESDAFO, Festival de Danses Folkloriques du Grand Ogou. Soumis à l’appréciation des membres de jury constitué, les festivaliers sont tenus de produire en attraction et d’offrir des prestations artistiques et chorégraphiques devant un public enthousiaste très chaleureux mais aussi exigeant. Les groupes folkloriques en lice sont repartis en cinq (05) catégories, notamment AKPESSE-BOBOBO, AGBADJA, TSEBE, TCHINGOUME et SOO.

 

Après la phase éliminatoire les 05 et 06 août, ils sont dix (10) à accéder à la finale pour convoiter la 1ère place dans chacune des 5 catégories.

Ce samedi 08 août au stade municipal de la ville d’Atakpamé, les 10 groupes sont, au bout de deux heures de spectacles, passés au tamis du jury qui a livré le verdict final. Ainsi, dans la catégorie 1 (Tchébé) c’est le groupe Tchébé qui a occupé la première place et la seconde est revenue à Orésa. Dans la catégorie 2 (Tchègoumè), ce sont les groupes Tabagokpo et Goumbé qui ont respectivement occupé la première et deuxième places. Dans la catégorie 3 (Akpéssè Bobobo), Lonlonli Kotoko a occupé la première place et Kékéli le deuxième rang. Dans la catégorie 4, Agbadja Obidon et Katchobi de Campement ont respectivement occupé la première place et la seconde. Quant à la catégorie 5 (Soo), Talkrouk et Kandjama ont respectivement occupé la première et la seconde places.

 

Divers prix ont été remis, notamment une enveloppe de 70000 frs Cfa au premier et 40000 frs Cfa au deuxième de chaque catégorie, ainsi qu’une prime de participation de 20 000 frs Cfa pour chaque groupe participant.

 

Pour le promoteur de cet évènement, Yaovi Michel Amétodji, le bilan est positif, et c’est l’Ogou qui a gagné, car cette ambiance a créé au sein des groupes folkloriques une atmosphère de bonne convivialité, et a renforcé l’identité culturelle ainsi que la promotion de différentes danses. Ce qui a pour but de maintenir les groupes dans l’élan de fraternité et de cohésion sociale. 

Pour le directeur régional des Arts et Culture des Plateaux, M. Tiem Yoguebey, Coordonnateur de l’organisation, “l’ambiance était à son paroxysme avec des supporters infatigables qui par des cris, ont poussé les groupes à la finale et se sont livrés dans un jeu de soutien ou de dépréciations des uns et des autres, mais dans l’optique de supporter les groupes. Pour les concurrents en lice, ils se sont mis à fond dans une rude concurrence avec de messages assez sensibilisateurs et d’éveil de conscience pour non seulement se rivaliser dans la conquête de la première place mais aussi pour offrir au public de très beaux spectacles. Et l’objectif est atteint en ce sens“. 

 

Cette manifestation qui valorise l’expression la diversité culturelle du Grand Ogou, a pris en compte deux principaux thèmes au choix à savoir “Rythmes et danses du terroir au service du développement” et “Nos Us et Coutumes, valeurs d’intégration entre fils et filles résidants de l’Ogou’’. Chacun des groupes concurrents a pu proposer des créations autour de ces thèmes selon le choix des uns et des autres.

 

Déjà les 05 et 06 août, c’est dans une ambiance riche en couleurs et sons que les manifestations de cette phase éliminatoire ont eu lieu respectivement aux Lycée Technique d’Atakpamé et Lycée d’Enseignement général d’Atakpamé (Lyata) en mettant aux prises 34 groupes folkloriques du milieu.

 

En ouvrant la manifestation, le directeur régionale des Arts et de la Culture des Plateaux a au nom du comité d’organisation de la première édition de FESDAFO, “souhaité la cordiale bienvenue aux invités et aux groupes folkloriques et a remercié les différents acteurs qui ont cru en ce projet et l’ont soutenu jusqu’au bout pour que cela se concrétise en ce jour” ; il a félicité le comité d’organisation de Odon-Itsu 2015 et l’ensemble de l’équipe technique mobilisée derrière l’évènement pour leur engagement et collaboration réussis dans la mise en oeuvre du projet. Pour finir, il a exprimé une profonde gratitude au parrain dudit festival, l’Honorable Amétodji Yaovi Michel.

 

M. Ahokpè Thomas, président du comité d’organisation Odon-Itsu 2015 s’est réjouit à la cérémonie d’ouverture officielle de la bonne collaboration et l’ambiance fraternelle qui a prévalu entre le comité et avec la Direction Régionale des Arts et Culture des Plateaux, aisni que le bureau de la Fédération des Associations des Groupes Folkloriques et Artistiques de la préfecture de l’Ogou, dans la conduite et la concrétisation du projet de ce festival.

 

Pour finir il a lancé un appelle solennel aux fils et filles de l’Ogou a être en contact avec le passé et l’histoire : ’’il s’agit de la fête des ignames Odon-Itsu et au délà de l’aspect compétition que cela induit, le festival doit être un cadre de retrouvailles et de célébration des réussites et des prouesses de nos ancêtres, dont l’histoire et les éléments culturel de notre communauté d’ensemble doit se remémorer et revivre’’.

Il a invité les groupes festivaliers au fair play et à la culture du pardon et amour.

 

Retenons que ce festival au-delà de son aspect compétitif vient donner plus de saveur à la festivité de la fête des ignames de cette année et il se révèle également d’être un moment de retrouvailles de réjouissances populaires (chants et danses), de même qu’une occasion de partage, de cohésion.

 

Landry Koss

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement

Publier un commentaire