pub
Politique

TOGO : Le Premier ministre Komi Klassou axe sa politique générale sur quatre fronts

Advertisement

Le Premier ministre Togolais Sélom Komi Klassou a présenté devant l’Assemblée Nationale du Togo, la politique générale du nouveau gouvernement formé ce 28 juin 2015. Dans son discours de présentation de cette politique générale, le chef du Gouvernement a soumis à l’appréciation des élus, la feuille de route proposée autour de quatre axes qui sont les piliers du programme du gouvernement. Il s’agit respectivement de : l’inclusion économique et sociale, le premier vecteur de la cohésion nationale ; la poursuite de la modernisation du pays à travers l’approfondissement des réformes économiques et l’intensification des grands travaux d’infrastructures ; la relance de l’agenda des réformes politiques avec une nouvelle dynamique et l’avancement du chantier de la décentralisation et la valorisation des acquis de la réforme du système de défense et de sécurité du Togo pour mieux positionner le pays dans l’environnement sous-régional et international.

 

Dans une méthodologie concise et cohérente, le Premier ministre a développé les argumentaires qui sous-tendent les composantes des quatre fronts sur lesquels vont être concrétisées les actions du gouvernement et les inter-relations qui les structurent de manière échelonnée. Au niveau de la première priorité intitulée « inclusion économique et sociale, le premier vecteur de la cohésion nationale », Sélom Komi Klassou a relevé les différentes grandes matrices sur les quelles vont se baser la politique de l’inclusion économique et sociale. « Sur le fondement des récents acquis, nous mettrons tout en œuvre pour intensifier les efforts qui ont été déployés pour améliorer davantage l’offre de santé publique, reformer et moderniser notre système éducatif, faciliter l’accès à l’eau potable car ces besoins sont au cœur des préoccupations quotidiennes des couches les plus vulnérables de nos sociétés, en particulier celles qui vivent dans les milieux ruraux reculés » a t-il relevé .

 

Dans son intervention, il a expliqué les mobiles de cette approche en s’appuyant pour le cas de développement à la base qui est « devenue la première exigence de l’action collective du Gouvernement ». « La poursuite de la lutte contre l’exclusion économique, sociale et financière n’est plus une option » a-t-il ajouté. Les autres mécanismes de soutien et d’appui aux personnes vulnérables ont été pris en compte dans cette politique de la bataille socio-économique du Togo face aux défis comme la lutte contre la pauvreté, le chômage, la sous employabilité…« en vue de l’amélioration des conditions de vie de ceux qui se battent pour sortir de la précarité ».

Ainsi, les mécanismes de réponses à cette question que sont le Fond National de la Finance Inclusive, le Provonat etc. bénéficieront d’une attention significative dans la mise en œuvre de la politique générale de ce nouveau gouvernement.

 

Le domaine de l’énergie n’en fait pas moins l’objet de préoccupation. « Le Gouvernement construira sa politique énergétique autour de trois axes principaux : la mise en place d’un branchement social qui tiendra compte des bourses les plus modestes, la généralisation des compteurs intelligents grâce auxquels les ménages pourront mieux contrôler leur consommation et l’ouverture du secteur de la production énergétique au secteur privé afin de pérenniser les financements » a annoncé le Premier ministre. La politique des logements sociaux, celle de sécurisation du foncier, d’accès aux soins de santé, de lutte contre le VIH/SIDA et autres épidémies comme le virus à Ebola, la politique d’éducation pour tous, celle d’accès à l’eau potable sont les principaux chantiers auxquels sera consacré ce premier axe prioritaire du gouvernement Klassou.

 

Pour réussir à mieux atteindre les objectifs de ce premier pilier, « le gouvernement entend poursuivre activement les réformes engagées pour assurer une mobilisation plus efficiente des ressources publiques à travers l’acheminement sécurisé des recettes collectées vers les caisses du Trésor public ». Il s’agit d’une « dynamique » qui « impose naturellement une lutte sans merci contre la fraude et la corruption à tous les niveaux » a rassuré le Premier ministre. D’où le passage au second front consacré au besoin de « l’approfondissement des réformes économiques ainsi que la poursuite et l’intensification des chantiers visant à doter notre pays d’infrastructures de qualité ».

 

Il s’agit du deuxième pilier qui prend en compte les actions du gouvernement en matière d’amélioration du cadre macro-économique, de la gouvernance économique, la poursuite de la politique de reforme axée sur la SCAPE. La politique du développement du secteur agricole, du secteur minier, des infrastructures et du transport, de l’économie numérique, du tourisme et du développement culturel constituent les champs d’action retenus pour la mise en œuvre de la seconde priorité de la politique générale du gouvernement.

 

En soutient à la dynamique de développement économique et social de notre pays que doit poursuivre le présent gouvernement, le Premier ministre précise que son équipe gouvernementale compte s’appuyer sur sa capacité accrue de mobilisation de ressources tant internes qu’externes, dans un créneau d’« Assainissement des finances publiques et promotion du Partenariat Public- Privé  », d’« Approfondissement du dialogue social » et de « Réforme administrative pour une culture de la gestion axée sur les résultats ». « Le succès de toutes nos stratégies de développement est largement conditionné par la préservation de la stabilité dont jouit aujourd’hui notre pays. Cette stabilité repose sur la viabilité de nos institutions, que nous devons prendre soin d’adapter constamment à l’évolution de nos sociétés afin de préserver les grands équilibres indispensables à la paix sociale et à la cohésion nationale » a conclu Sélom Komi Klassou sur ce second pilier, introduisant son développement sur la 3ème priorité de la politique générale.

 

ASSEMBLEE_VOTE.jpg

 

 

 

 

Au chapitre du 3ème front auquel va se consacrer le gouvernement, le Premier ministre annonce que son équipe « entend relancer dans un climat serein et dépassionné, l’agenda des réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles. Tout l’enjeu est d’insuffler une nouvelle dynamique à ce processus pour qu’il débouche sur une amélioration constante de nos pratiques démocratiques ». La question de reformes institutionnelles et constitutionnelles s’inscrit également en priorité dans la politique générale du nouveau gouvernement qui soutien que « les réformes sont inhérentes à la viabilité et à la vitalité de nos institutions ». « C’est pourquoi, le Président de la République, tirant les leçons des deux tentatives de réformes inabouties, a décidé de mettre en place une Commission de réflexion sur les réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles  » a mentionné le chef de gouvernement lors de son intervention.

« Le Gouvernement s’appuiera sur les recommandations avisées que la Commission est appelée à formuler pour permettre à notre pays de se doter des mécanismes institutionnels dont il a véritablement besoin pour continuer sa marche vers le progrès » a-t-il annoncé.

 

La question importante de la politique de décentralisation est inscrite également dans cet axe prioritaire. « Le Gouvernement poursuivra également le chantier de la décentralisation dont la mise en œuvre passe par l’organisation d’élections locales. L’objectif que nous visons dans ce domaine est l’amélioration de la gestion des collectivités locales et l’ancrage de la démocratie locale » a rassuré le Premier ministre avant de passer au dernier axe prioritaire qui est la valorisation des acquis de la réforme du système de défense et de sécurité du Togo pour mieux positionner le pays dans l’environnement sous-régional et international.

 

A ce dernier chapitre, les champs d’action comme ‘’la sécurité, paix et développement’’, ‘’diplomatie agissante’’, ‘’la diplomatie agissante’’ sont priorisés pour la relance du Togo sur la véritable voie de croissance et de développement, pour jouir à merveille du statut espéré d’ « un pays meilleur, un pays de progrès et de paix ».

« C’est pourquoi le Gouvernement entend capitaliser sur les acquis de la réforme de notre système de défense et sécurité engagée par le Président de la République pour mieux positionner notre pays sur la scène diplomatique et économique sous-régionale et internationale » a soutenu Komi Klassou devant les députés.

 

Sans ce havre de paix et de sécurité, la politique de diplomatie que le gouvernement veut plus agissante ne pourra aboutir dans ses nobles intentions de contribuer à améliorer le positionnement du Togo dans les échanges internationaux, et surtout de rendre effective « la vision du Président de la République, de faire de la Diaspora togolaise, un véritable levier du développement économique et social du pays » a laissé entendre le Premier ministre avant de solliciter la confiance des élus du peuple en vue d’entamer dans les faits, l’application effective de ces quatre (04) axes prioritaires qui résument l’essentiel de la politique générale de son gouvernement. « Je voudrais vous demander de nous accorder votre confiance non pas en signe d’amitié partagée, parce que je suis un ancien collègue à qui on ne saurait rien refuser, ni parce que c’est la tradition » a-t-il formulé en conclusion aux députés.

Ces derniers ont adopté le programme par 65 voix. Il y a eu 7 abstentions.

En fichier joint, la copie du discours du PM présentant la politique générale du gouvernement. DISCOURS_PROGRAMME_PM_KLASSOU.doc

 

 

La Rédaction

Togoportail,toute l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire