Social

Togo / Bras de fer entre employés et employeur à Moov Togo : les revendications des employés ont repris

Advertisement

Les revendications ont repris au sein de la société de téléphonie mobile Moov Togo. La trêve observée par les employés de cette société et les négociations n’ont pas permis de trouver un compromis. Les promesses faites par le Directeur Kitri Houchem pour satisfaire les revendications de ses employés n’ont pas été tenues.

 

La plate forme revendicative déposée par les employés de Moov Togo réunis au sein du Syndicat des Travailleurs d’Atlantique Télécom Togo (STATT) porte globalement sur l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Les travailleurs dénoncent la grille salariale vieille de plus de huit ans et le non respect de l’article 29 de la convention interprofessionnelle du Togo qui parle du principe d’avancement des employés.

 

Face à la réticente de la direction de la société de satisfaire les revendications des employés, les délégués syndicaux ont transmis un préavis de grève de 3 jours à compter du 06 Avril 2015. Ce mot d’ordre de grève fut suspendu suite à la médiation de l’inspection du travail et des lois sociales invitant les deux parties à la table de négociation.

Lors des discussions, le directeur général accepte de mettre en application l’article 29 de la Convention Collective Interprofessionnelle du Togo (CCIT) sur les avancements de salaires et de renvoyer les autres points à des discussions internes. Contre toute attente, ce dernier refuse de signer le relevé de conclusions transmis par l’inspection du travail aux deux parties. La situation ne s’est guère améliorée jusqu’au 18 juin dernier, où un autre préavis de grève de quatre jours fut envoyé par le STATT. Les employés ont suspendu pour une seconde fois le préavis de grève pour donner une nouvelle chance à la signature par le DG M. Kitri Houchem du nouveau relevé de conclusions qui porte sur l’application des avancements à compter de juin 2015, sur l’application d’un second pas d’avancement pour les employés ayant une ancienneté supérieure à deux ans au 1er janvier 2012 et sur le paiement des rappels avant la fin du mois de décembre 2015.

 

Malgré cette souplesse des employés, M. Kitri Houchem refuse encore de parapher le relevé de conclusions qui a été signé par le Directeur des Ressources Humaines. Une nouvelle lettre de menace de grève les 08, 09, 10 et 13 juillet 2015 a été adressée au directeur général. M. Kondo Loking, Directeur Général adjoint de l’inspection du travail invite les deux parties à une table de discussion. Ces discussions n’ont rien donné comme fruit.

Suite une énième lettre ouverte adressée à la Direction Générale, avec à la clé une menace de cessation de travail les 08, 09, 10 et 13 juillet 2015, M. Kondo Loking, Directeur Général adjoint de l’inspection du travail, vers qui M. Kitri a préféré se tourner au lieu des inspecteurs qui avaient à charge le dossier, convoque une fois encore les deux parties.

 

Malgré la tentative de régler ce dernier (garant de l’application de la loi), à faire accepter aux employés la proposition de Kitri Houchem qui est de remettre sur la table de négociation les points déjà retenus dans le relevé de conclusion du 24 juin 2015 ; en d’autres termes de renoncer à leur droit, les délégués y ont opposé une fin de non-recevoir. M. Kitri Houchem refuse le mot d’ordre de grève de ses employés qui entendent explorer toutes les voies et recours pour être satisfaits. La direction générale de la société Moov Togo et ses employés sont à couteau tiré.

 

Max Dally

Togoportail, toute l’information à votre potée

Advertisement

Publier un commentaire