pub
Politique

Togo : Le pays au cœur du Vatican

Advertisement

Le Pape François a demandé à la Conférence Episcopale du Togo (CET) à prendre « la place qui lui revient dans le processus de réformes institutionnelles ».

 

Cette requête est l’un des points évoqués par le Pape François dans sa déclaration aux Evêques togolais qui ont effectué une visite « ad Limina » le lundi 11 mai 2015 au Vatican.

Au cours de la rencontre, le souverain pontife a salué la persévérance et le courage des Evêques togolais dans le but d’éviter des amalgames tant « au niveau de la foi et de l’inculturation » que « dans le processus de réformes institutionnelles en cours ».

 

Dans les détails, le Chef de l’église catholique a laissé entendre que « la société togolaise a accompli ces dernières années de notables progrès dans le champ politique et social. L’Église catholique y a largement contribué, non seulement par ses œuvres d’évangélisation et de promotion humaine, mais aussi par son engagement pour la justice et la réconciliation ».

Pour la restauration du Togo, le Pape François a confié à ses hôtes que « Je vous remercie très chaleureusement pour les efforts que vous avez déployés dans ce domaine, en particulier pour les travaux de la Commission Nationale Vérité, Justice et Réconciliation. Je vous encourage à continuer à faire en sorte que l’Église prenne la place qui lui revient dans le processus de réformes institutionnelles en cours. ».

 

Pour l’invitation adressée à l’église nationale, le souverain pontife a d’abord précisé que « l’Église en Afrique doit contribuer à édifier la société en collaboration avec les autorités gouvernementales et les institutions publiques et privées engagées dans l’édification du bien commun » avant d’avertir qu’il est « nécessaire de veiller à ne pas entrer directement dans le débat ni les querelles politiciennes, tout en ayant à cœur de former, d’encourager et d’accompagner des laïcs –dont c’est le rôle – capables de s’investir au plus haut niveau dans le service de la Nation et de prendre des responsabilités ».

 

Enfin pour l’harmonie inter-religieuse, le Pape François a fait savoir qu’ « en matière de dialogue interreligieux, il convient toujours de favoriser, et peut-être développer davantage, la culture du dialogue et de la rencontre, alors que vous vivez dans une cohabitation pacifique, notamment avec l’islam, cohabitation qu’il convient de préserver compte tenu du contexte actuel en Afrique occidentale ». Il a atteste que « Le dialogue interreligieux est une condition nécessaire pour la paix dans le monde, et par conséquent, un devoir pour les chrétiens, comme pour les autres communautés religieuses ».

 

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement

Publier un commentaire