Advertisement
Culture

Togo / Protection des biens culturels : Vers la ratification de la convention de La Haye

Advertisement

Le Togo entend ratifier la convention de la Haye qui porte sur la protection des biens culturels en cas de conflits armés.

 

En vue de réfléchir sur cette question capitale pour la sauvegarde et la préservation du patrimoine culturel, un séminaire-atelier de sensibilisation a été ouvert le mardi 17 mars 2015 à Lomé. Les travaux qui s’achèvent le 18 mars 2015 vont être sanctionnés par des recommandations à l’endroit des autorités togolaises.

 

Le présent séminaire vise à sensibiliser les décideurs et les acteurs en vue de la ratification de la convention de la protection des biens culturels en cas de conflits armés.

 

Dans son mot d’ouverture du séminaire, le ministre togolais de la Communication, de la Culture, des Arts et de la Formation civique, Madame Germaine Anaté Kouméalo, a exhorté les participants « à bien cerner et à s’approprier des différents aspects de la question de protection des biens culturels en temps de guerre, mais aussi en temps de paix, car nous ne devrons pas seulement attendre que nos biens culturels soient menacés par une quelconque situation conflictuelle avant de jouer aux sapeurs-pompiers ».

 

Pour sa part, le Secrétaire général de la Commission nationale pour l’UNESCO, Akoété Kougblenou a déclaré que « Le patrimoine culturel est porteur de valeur et d’identité, sa destruction affecte les communautés et les empêche de se reconstruire ».

 

En ce qui concerne le patrimoine culturel, Akoété Kougblenou a précisé qu’il « reflète la vie de la communauté, son histoire ». A propos des éventuelles menaces contre le patrimoine, il a souligné que « les belligérants attaquent le patrimoine pour affaiblir la confiance et la cohésion des peuples. Lorsqu’il est détruit, les repères collectifs disparaissent ».

 

Une cinquantaine d’acteurs dont des acteurs et professionnels de la culture, des représentants des des parlementaires, de différents acteurs ministères intervenant dans la chaîne de protection des biens culturels, des forces de défense et de sécurité, du Comité international de la Croix- rouge Bureau régional d’Abidjan, de la société civile, ainsi que quelques diplomates en poste au Togo.

NOUGBOLO.jpg M. Nougbolo Kodjo, l’un des communicateurs à l’atelier

Entre autres recommandations attendues au terme de ce séminaire, la poursuite de ses efforts pour ratifier la Convention de la Haye de 1954 et ses deux Protocoles, afin de préserver l’héritage culturel national contre toute destruction ; la prise des mesures pour éditer en quantité suffisante le texte de la Convention de 1954 et ses deux Protocoles afin d’en assurer une large diffusion au sein des groupes-cibles (forces de défense et de sécurité, associations de jeunes, collectivités locales…) ; l’organisation des sessions de sensibilisation et d’éducation des différents acteurs à l’échelle du territoire sur le contenu de la Convention ; la conception d’un module d’enseignement sur la base de la Convention de 1954 et ses deux Protocoles à intégrer aux programmes d’instruction militaire et civile ; la consolidation de l’inventaire des biens culturels existants ainsi que la Liste Nationale et Indicative : établir la liste des biens culturels sous protection spéciale et renforcée.

 

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire