pub
Economie

Renforcer la lutte contre les crimes économiques et financiers : Le GIABA forme à Lomé les acteurs d’intervention dans la lutte contre le fléau en Afrique de l’Ouest

Advertisement

Le Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), organise, du 23 au 26 mars 2015 à Lomé au Togo, un atelier régional de renforcement des capacités des juges, procureurs et officiers de police des pays membres de la Cedeao. Accroitre les connaissances des participants dans les enquêtes, poursuites et jugements des affaires lieés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme (LBC/FT), tels sont autre autres les objectifs de cet atelier. Ce dernier permettra de sensibiliser les participants sur les bonnes pratiques dans la LBC/FT, facilitera également le partage d’expériences entre les acteurs du secteur judiciaire et permettra de promouvoir la coopération et la coordination entre autorités compétentes dans la région.

 

Ce sont de nombreux défis auxquels sont confrontés les juges, les procureurs et agents de répression criminelle. L’inefficacité des cadres législatifs, le faible niveau de partage des informations et un manque de compétences et de ressources appropriées, sont entre autres les raisons d’être de ces défis. Il est assez difficile par exemple en Afrique de l’Ouest, de geler, saisir, confisquer ou recouvrir les produits de crime. La lenteur d’exécution des demandes d’entraide judiciaire et le faible taux de condamnations des infractions de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme (BC/FT) viennent corser l’addition dans ce tableau déjà peu favorable à la réussite de la lutte contre le mal.

 

C’est consciente de cette situation qui préoccupe l’ensemble des acteurs dans la lutte contre ces fléaux dans la sous-région, que le GIABA organise cet atelier qui aussi devrait permettre aux participants de comprendre les concepts, d’apprécier les rôles des uns et des autres et de coordonner efficacement les actions.

 

Le rôle primordial des agents de répression et la complexité des enquêtes sur les crimes économiques et financiers suggèrent que les acteurs d’intervention judiciaire et de répression dans les dossiers relatifs à la question, doivent avoir une expertise spécifique dans le domaine du renseignement et de l’enquête afin d’établir des dossiers de poursuite appropriés. Et en cela le GIABA ne cesse de s’y appliquer depuis quelques années.

 

Vicarmelo TIEM

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement

Publier un commentaire