pub
Politique

Le CRC-DO en réflexion pour un scrutin présidentiel sans violence à Atakpamé

Advertisement

Le bureau du Cadre de Réflexion et de Concertation pour le Développement de l’Ogou (CRC-DO) a organisé le jeudi 19 mars à Atakpamé une séance de sensibilisation et d’échange avec les leaders d’opinion de la préfecture de l’Ogou.

 

Cette rencontre vise à amener les filles et fils de l’Ogou à adopter un comportement citoyen favorable au déroulement pacifique avant, pendant et après les élections présidentielles du 15 Avril prochain.

Après une analyse attentive et minutieuse de la malheureuse situation survenue à Djréhouyé les 2 et 3 février dernier lors du recensement électoral, le bureau du CRC –DO désapprouve et condamne avec vigueur et fermeté les auteurs des actes incriminés dans ce village relevant du canton de Houdou dans la préfecture de l’Ogou.

 

En effet, les filles et fils de l’Ogou tiennent à rappeler à l’intention de tout un chacun, communautés souches comme communautés venues d’autres préfectures du Pays et vivant dans la préfecture de l’Ogou, la solennelle phrase du Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé : « Plus jamais ça !, Oui plus jamais ! » prononcée à Atakpamé en 2007.

 

Le premier coordonateur du CRC-DO M. Dagoh Michel a entretenu l’auditoire sur le thème : « Le vivre ensemble ». L’aspiration profonde de l’homme à vivre en paix dit-il, est irrésistible. La paix selon lui est un état de calme, d’absence de trouble, un idéal social, politique voire une attente amicale et fraternelle. Il a ainsi invité toutes les communautés de l’Ogou au respect réciproque, à cultiver l’amour, la patience, la conscience, la tolérance et l’harmonie car il n’y a pas de république sans partage et par conséquent sans le Vivre ensemble. Toutefois les agressions qu’elles soient verbales ou physiques doivent être proscrites pour une élection sans violence dans la préfecture de l’Ogou.

 

Le second coordonateur du CRC-DO M. Ahokpè Thomas a convié les acteurs à véhiculer le message de paix pour éviter toute sorte de violence avant, pendant et après le scrutin.

 

Landry Koss

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement

Publier un commentaire