pub
Développement

Les appareils « Made in Togo» prises par les ménages

Advertisement

 

Au Togo, les jeunes diplômés se tournent vers l’entrepreneuriat grâce à des inventions de plus en plus appréciées par les ménages dans un pays où le chômage touche plus de 29% de cette frange de la population. 

 

Pour toucher du doigt cette réalité, je me suis rendu dans un restaurant de spécialité africaine situé dans un quartier périphérique de Lomé. Au premier constat, un cuisinier s’active à faire fonctionner le Foufoumix, un appareil « made in Togo » de plus en plus utilisé par les ménages pour préparer le foufou, une pâte onctueuse à base d’igname cuit très apprécié en Afrique de l’ouest et centrale.

Dès mon entrée dans ce restaurant, en lieu et place des bruits assourdissants accompagnant d’habitude la réparation de ce plat qui se fait avec un pilon et un mortier, j’ai constaté que de dizaines de clients étaient servis autour des tables disposées dans une atmosphère où régnait un silence de cimetière. 

Pour en savoir plus, j’ai dû m’approcher de madame Fatou, la propriétaire de ce restaurant de spécialité africaine.

Comment arrivez-vous à servir toute cette clientèle en un temps record, lui-ai demandé ?

 

La jeune dame assise dans un coin de la cuisine, après un moment d’hésitation, m’a fait comprendre qu’elle a dû acheter le Foufoumix pour pouvoir servir sa clientèle en un temps record et épargner ses cuisiniers d’une débauche d’énergie.

« J’ai décidé d’acheter cette machine à faire du foufou pour pouvoir servir des dizaines de clients de plus en plus exigeants en un temps record. Autrefois, les cuisiniers pillaient des tas d’ignames et cela demandait beaucoup d’énergie et du temps. Je peux vous confirmer que cela à un impact positif sur le rendement de mon restaurant », a témoigné Fatou avec un sourire aux lèvres.

Pour Akué Georges, un habitué des lieux et un consommateur avisé de ce mets africain, cet appareil a révolutionné la cuisine togolaise et africaine.

 

CUISINIER_SERVANT_DU_FOUFOU_PREPARE_A_PARTIR_DU_FOUFOUMIX.jpg

Un cuisinier servant du foufou préparé à partir du Foufoumix

 

« Je peux vous dire avec fierté que cet appareil a révolutionné la cuisine togolaise ou africaine. On prépare ici du foufou dans une condition hygiénique incomparable avec cet appareil et ceci en un temps record », a expliqué Akué devant son plat de foufou servi avec une sauce d’arachide.

Aujourd’hui, de plus en plus de ménages n’hésitent par à débourser environ 250.000 fcfa pour s’acheter cet appareil pour un usage domestique.

 « Je n’ai pas hésité à acheter le Foufoumix l’année passé car cela permet de préparer du foufou sans se fatiguer. En plus, c’est très utile pour une famille nombreuse comme la mienne » a confié Ayawa Mensah. 

 

Une visite dans l’unité de production de Foufoumix

Je n’ai pas pu résister à l’envie de connaître la provenance de cet appareil tant apprécié par les ménages au Togo et en Afrique de l’ouest. Pour ce faire, je me suis rendu dans l’une des unités de fabrication située à Agoè, un quartier périphérique de la capitale togolaise.

Vêtu d’un blouson bleu, M. Logou Minsob, l’inventeur de cet appareil, a pris soin de me montrer les différentes étapes de la fabrication.

Après un temps passé dans son laboratoire où il a exhibé les différentes distinctions internationales reçues après l’invention de ce joyau, j’ai soumis cet électronicien à un authentique interrogatoire. Pourquoi avez-vous mis au point cet appareil ? Je lui ai lancé.

LOGOU_MINSOB_POSANT_DANS_SON_ATELIER_AVEC_DES_FOUFOUMIX.jpg Logou Minsob posant dans son atelier avec des Foufoumix

 
 

 « Je me suis donné comme objectif de résoudre certains problèmes africains qui n’ont pas de solutions technologiques. Pour la petite histoire, c’est la souffrance que ma maman endurait lorsqu’elle se mettait à piller du foufou pour toute notre famille qui m’a motivé à mettre au point cet appareil. J’ai décidé d’alléger ses souffrances en inventant la machine à foufou » a rétorqué M. Logou.

Pour ce jeune chef d’entreprise, ce procédé permet d’épargner à ses utilisateurs une débauche d’énergie à la différence de la méthode traditionnelle de préparation du foufou.

« Il y a bien une différence entre la façon de faire le foufou de façon traditionnelle et ce que je propose. Avec le Foufoumix, il est question de malaxer les morceaux d’igname préparé alors que la méthode traditionnelle nous obligeait à les piler dans un mortier, d’où une débauche d’énergie » a expliqué M. Logou qui a déjà vendu 1000 appareils en un temps record.

 

Imprimante 3D Wafate « Made in Togo » : Une fierté africaine

Le porte flambeau de ces jeunes chefs d’entreprise n’est autre que le concepteur de l’imprimante 3D écologique « made in Togo » (WAFATE). De son vrai nom M. Gnikou Afate, ce géomètre de profession a ainsi balisé la voie à la révolution technologique au Togo. L’impression 3D permet de produire un objet réel : on dessine l’objet sur un écran puis le fichier est ensuite envoyé vers une imprimante 3D qui le découpe en tranches et dépose ou solidifie de la matière couche par couche pour obtenir la pièce finale. L’imprimante traite des supports en plastique et métal.

Aujourd’hui, on retrouve des gadgets imprimés à partir de l’imprimante 3D WAFATE dans certains ménages de la capitale togolaise. Grande fut ma surprise quand j’ai rencontré M. Afate pour la première fois dans sa petite unité de production après son séjour pour la promotion de son produit aux Etats-Unis.

Pour ce dernier, le plus dur reste à faire en vue d’entamer une production à grande échelle au profit de tous les togolais.

Déjà, il a commencé par mettre cet appareil révolutionnaire à la disposition des cybercafés à travers tout le pays. « J’ai décidé de placer mes imprimante 3D WAFATE dans les cybercafés du pays. Ainsi, les utilisateurs des cybercafés y retrouveront des imprimantes 3D pour imprimer tout ce qu’ils voudront. Ils pourront imprimer des jouets, des gobelets, des ustensiles de cuisines personnalisés et des pièces de rechange », a affirmé le jeune entrepreneur, membre de Woelab, un incubateur de projets innovants à forte valeur ajoutée technologique.

 

AFATE_DANS_SON_ATELIER.jpg Afaté dans son Atelier

 

 

Alain Lawson, détenteur d’un cyber café fut l’un des premiers utilisateurs de ce joyau technologique qui suscite beaucoup d’engouement même au delà des frontières du Togo.

Il peut aujourd’hui rendre certains services jusque là peu connus du grand public à ses clients qui n’hésitent pas à en faire l’expérience.

« Je peux vous affirmer aujourd’hui que ma clientèle commence par s’adapter à cet appareil jusque là inconnu au Togo voire en Afrique. De plus en plus de gens viennent pour ce faire imprimer des gadgets personnalisés pour des événements alors que cela n’était pas possible dans le passé », a confirmé M. Alain tout en fixant du regard son imprimante 3D WAFATE qui imprimait un porte-clés. Il a pris soin d’exposer certains objets en plastique tels qu’une maquette architecturale, un crucifix, un porte-crayon, un tampon sur un étalage installé dans le cybercafé.

Les pêcheurs du port de pêche de Lomé ont aussi bénéficié des services de cette innovation.

Aujourd’hui, ils utilisent des aiguilles en plastique imprimées à partir de l’imprimante 3D Wafate pour coudre leurs filets de retour de la pêche.

« Nous utilisons maintenant des aiguilles en plastique imprimées ici au Togo pour coudre nos filets. Cela nous permet d’économiser, car ces aiguilles ne rouillent pas en contact avec l’eau de la mer » a expliqué Michel Akpako, un pêcheur rencontré au port de pêche de Lomé.

M. Afate ambitionne aussi de fournir les hôpitaux en prothèses et autres produits chirurgicaux à partir de 2015. C’est dans cette perspective qu’un accord de partenariat vient d’être signé avec l’unité orthopédique du Centre Hospitalier Universitaire, le plus grand du pays.

 

Un Coupe –Légumes Made in Togo

Pour satisfaire ma curiosité dévorante et insatiable pour ces appareils « made in Togo », je me suis rendu à Sokodé, la deuxième ville la plus peuplée du Togo située à environ 340 kilomètre de la capitale togolaise.

Grande fut ma surprise quand j’ai aperçu Mlle Aïcha Dermane, une jeune dame qui s’activait à couper du gombo à l’aide d’un coupe-légumes.

Que faites vous avec cet appareil ? Je lui ai lancé avec stupéfaction. « Je coupe du gombo pour la cuisson de la sauce » m’a-t-elle répondu. Après un temps passé à l’observer, je suis revenu à la charge. Quelles sont les utilités de cet appareil ? Je lui ai demandé.

D’un air confiant et rassurant, Mlle Dermane m’a fait comprendre que cet appareil équipé de lames sert à couper en tranches des légumes et fruits. Aussitôt, elle m’a montré une assiette remplie de gombo coupé en tranches qui servira plus tard à la cuisson d’une sauce locale.

Après cette démonstration, j’ai pris la décision de me rendre dans l’unité de fabrication de ce joyau.

Installé dans un quartier populaire de Sokodé, l’atelier Guémaconception de M. Guéma Timothée, un ancien professeur de science physique, fabrique des appareils à usage domestique et professionnel.

 

UN_COUPE-LEGUMES_MADE_IN_TOGO_ENTRAIN_DE_COUPE_DU_GOMBO-2.jpg

Un coupe-légumes made in Togo entrain de couper du gombo

 

 

 « J’ai décidé de mettre au point cet appareil similaire à un coupe-légumes pour alléger certaines tâches culinaires des femmes togolaises qui passent beaucoup plus de temps à couper les fruits et légumes avant la cuisson », a expliqué M. Guéma après un tour dans son atelier où s’activaient quelques ouvriers. 

 Pour ce jeune chef d’entreprise, les africains doivent s’inspirer des nouvelles technologies importées de l’occident pour fabriquer des appareils adaptés aux réalités africaines. 

« Je peux vous dire que je me suis inspiré d’un coupe-tomate en acier inoxydable pour fabriquer cet appareil multifonctionnel qui sert à couper les légumes et fruits. Aujourd’hui, les africains doivent s’inspirer des nouvelles technologies importées pour fabriquer des appareils adaptés aux réalités africaines. C’est grâce à cette vision que j’ai aussi fabriqué des couveuses ultra modernes  », a conseillé M. Guéma tout en montrant du doigt l’une de ses dernières inventions. Il s’agit d’une couveuse numérique avec régulation et affichage automatique de la température pouvant contenir jusqu’à 4000 œufs qui a remporté un prix au salon africain de l’invention.

A la fin de mon périple de trois jours à Sokodé, je n’ai pas pu résister à la tentation de gouter à un mets composé de la pâte de maïs et de sauce de gombo coupé à base de cet appareil tant prisé par les ménages.

 

Et la part des Autorités Togolaises dans cette tendance ?

Les autorités togolaises ne sont pas restées impassibles face à cette tendance révolutionnaire et technologique qui permet l’émergence d’une nouvelle classe de jeunes entrepreneurs au Togo.

Ainsi, plusieurs initiatives à l’instar du Fonds d’Appui pour l’Initiative des Jeunes(FAIEJ) sont prises pour accompagner financièrement et techniquement ces jeunes inventeurs togolais.

« Dans nos initiatives pour les jeunes, nous avons soutenu M. Afate, l’inventeur de l’imprimante 3D écologique, à élaborer une feuille de route pour la mise en œuvre de son projet d’innovation. Nous avons maintenu le contact avec ce jeune pour l’amener vers les banques dans le soucier d’avoir un financement pour une production à grande échelle », a confié la Directrice générale du FAIEJ, Sahouda GBADAMASSI-MIVEDOR.

DES_EGRAINEUSES-2.jpg

Des machines égraineuses

Pour sa part, le ministère des télécommunications et de l’Economie Numérique envisage de transformer le pays en un pôle technologique. Ceci grâce à la détection des talents au sein de ces jeunes inventeurs togolais. « Cette machine extraordinaire a été réalisée par un groupe de jeunes qui n’ont rien demandé à personne. Je suis venu les écouter et voir ce que l’on peut faire pour eux. Cette imprimante 3D conçue et fabriquée au Togo est une fierté pour nous tous  », a souligné Cina Lawson, la ministre de l’Economie numérique après avoir observé l’imprimante 3D WAFATE.

Outre ces mesures, les autorités togolaises organisent des foires en vue de promouvoir ces appareils « Made in Togo » tant au plan national qu’international.

Toutefois, les jeunes inventeurs des appareils « low-cost » redoutent le fléau de la contrefaction. « Notre pire ennemi reste la contrefaction. J’en ai déjà fait les frais avec d’autres inventions qui ont été contrefaites dans certains pays voisins. C’est pour cette raison que J’ai donc décidé de protéger mon appareil Foufoumix au niveau de l’Organisation Africaine pour la Propriété Intellectuelle  » a expliqué M. Logou Minsob qui a reçu en 2012 une enveloppe financière estimée à 25 millions de fcfa de la part des autorités togolaise dans le cadre du Programme d’appui au secteur agricole.

 

Pour l’heure, les ménages n’hésitent plus à acheter ces appareils « Made in Togo » pour alléger leur peine au quotidien. Toutefois, les inventeurs attendent beaucoup plus des autorités, afin de pouvoir lancer des productions à grande échelle ce qui permettra de diminuer le prix de ces appareils.

 

ATCHA Kossi Emmanuel avec l’appui de African Media Initiative

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

DES_MACHINES_MADE_IN_TOGO_EXPOSES_LORS_DE_LA_FOIRE_AGRO_ALIMENTAIRE_AU_TOGO_DE_LOIN_FOUFOUMIX_-2.jpg

Advertisement