pub
Politique

Le MSF invite la population à se mobiliser pour le prochain recensement électoral et propose la candidature de Faure Gnassingbé pour UNIR

Advertisement

Le mouvement de Soutien à Faure (MSF) a rencontré la presse en début de semaine, pour porter à l’endroit du public, un message, celui d’annoncer que l’élection présidentielle de 2015 aura belle et bien lieu à bonne date avec la participation du président actuel du Togo, Faure Essozimna Gnassingbé comme candidat de UNIR. ‘’Les marches et les sit-in prônés par l’opposition ne sont qu’une fuite en avant et une diversion’’ a annoncé le mouvement.

 

Se prononçant sur la question de réformes, les Responsables de MSF ont soutenu que « nous faisons nôtre la proposition du chef de l’Etat de mettre en place une commission de réflexion pour réfléchir en profondeur parce qu’il n’est pas seulement question du mandat présidentiel et du mode de scrutin ».  M. Tchakpala Poro Katanga, coordonnateur général du MSF a tenu à préciser que « sans les réformes, les élections présidentielles de 2015 peuvent se faire ».

 

En effet, lors de son message à la Nation à l’orée de la nouvelle année 2015, Faure Gnassingbé a proposé une commission de réflexion sur les réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles. Cette commission qui sera chargée de proposer dans les meilleurs délais un texte de réforme politique, de réforme institutionnelle et constitutionnelle ‘’ tenant compte de notre histoire, reflète nos réalités et  répond  aux aspirations les plus profondes du peuple togolais’’ vient d’ailleurs d’être créée par décret. 

 

Le MSF a invité la classe politique de se consacrer à l’essentiel et de s’organiser, se préparer pour les prochaines élections présidentielles, en laissant cette question à l’agenda de la commission de réflexion sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles.

Car selon les Responsables du MSF,  une partie de l’opposition est en train de faire des « jeux de couloirs malicieux » avec la proposition de loi de réformes sur la table de l’Assemblée nationale, afin que, lorsqu’elle ne sera pas votée, elle puisse créer une crise artificielle pour empêcher l’organisation à bonne date de l’élection présidentielle.

 

Lors de son intervention devant la presse, coordonnateur général du MSF a précisé que ‘’au mépris des textes, l’opposition a d’abord voulu exiger que la proposition de loi soit soumise à la plénière sans passer en étude, à la commission des lois. Il a fallu que la Cour constitutionnelle saisie, rétablisse l’ordre. Alors que l’étude de la loi devait démarrer, ce sont des députés de l’opposition membres de ladite commission qui ont signalé leur indisponibilité, parce que absents du territoire national’’.

 

Le mouvement a profité de cette rencontre pour lancer un appel à l’endroit de la population togolaise à la mobilisation pour le recensement électoral qui va démarrer bientôt.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement