pub
Coopération

Le ministre Robert Dussey, au nom du président Togolais, a pris part à la réunion inaugurale du GISAT-BF

Advertisement

Dans le cadre de la crise au Burkina le président Faure Gnassingbé est représenté à Ouagadougou pour le groupe de contact et de suivi de la crise au Burkina Faso par le ministre Togolais des Affaires Etrangères et de la Coopération Robert Dussey. La mission du groupe de contact et de suivi de la crise au Burkina Faso, consiste à veiller au bon déroulement de la période transitoire dans le pays, soutenir cette transition et faciliter la mobilisation de l’appui nécessaire’’. Il revient au groupe de contact d’effectuer des missions périodiques conjointes d’information et de consultations, pour évaluer la situation, le progrès et les défis et formuler des propositions d’actions visant à relever les identifiés.

 

C’est dans cet esprit que le Groupe de contact et de suivi au Burkina Faso a tenu sa réunion inaugurale au cours de laquelle le ministre Robert Dussey a fait part de la volonté du président Faure Gnassingbé de voir le gouvernement de transition burkinabé poursuivre son travail afin de parvenir à la réconciliation. 

‘’C’est pourquoi je voudrais exhorter tous les membres du gouvernement de transition à inscrire leurs actions tout au long de leur mandat au service de l’intérêt supérieur du Burkina Faso. Cet état d’esprit républicain passe d’abord par le respect scrupuleux des engagements pris dans le cadre de la Charte de transition adoptée le 13 novembre 2014’’ peut-on dans le discours prononcé par M. Dussey au nom du chef de l’Etat.

‘’Il passe également par la non-exclusion ainsi que l’abandon de toute chasse aux sorcières. En cette étape cruciale de l’histoire socio-politique nationale, le Burkina Faso a plus que besoin de la contribution de l’ensemble de ses filles et fils, sans exclusive’’ poursuit le contenu du discours.

 

A cette réunion sont présents, notamment, Mohamed Ibn Chambas, le représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et Smaïl Chergui, commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA).

 

La communauté africaine et les pays voisins sont soucieux d’accompagner le Burkina au terme de ce processus qui doit s’achever en novembre prochain. ‘’L’ensemble de la classe politique nationale et des organisations de la société civile ainsi que des leaders religieux est convié à coopérer pleinement avec les autorités de transition afin que ce processus participatif et consensuel que nous appelons tous de nos vœux conduise à des élections libres, crédibles, transparentes et équitables’’ a souligné le ministre Robert Dussey.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement