pub
Diplomatie

La réussite d’une diplomatie active et d’une politique de développement prometteuse du Togo exposée par le ministre Robert Dussey à Paris

Advertisement

Le ministre Robert Dussey, ministre Togolais des Affaires Etrangères était ce mercredi matin à Paris devant la commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée nationale française.

 

Il a été auditionné par cette commission qui a à sa tête, sa présidente Elisabeth Guigou et en présence d’une quarantaine de députés parmi lesquels deux anciens Premiers ministres, Jean-Marc Ayrault et François Fillon.

Au cœur des échanges et discussions, la politique extérieure du Togo et l’évolution de sa politique interne en matière de développement socio-politique et économique, qui ont été exposées.

 

A cet effet, le chef de la diplomatie Togolaise Robert Dussey a eu à prononcer un discours sur la politique internationale du président de la république et la situation socio politique et économique du Togo. Un discours qui a été suivi de débat. Une première fois qu’un ministre des Affaires Etrangères du Togo passera devant une telle commission.

‘’Comme vous le savez, Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, le Togo continue avec sagesse de se construire progressivement sous l’autorité du Président de la République, Son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé, qui a poursuivi la politique étrangère inspirée et initiée par ses éminents prédécesseurs dont l’attachement au rayonnement du Togo dans le monde s’est imposé’’ a formulé le ministre à l’entame de son discours.

‘’Depuis son accession à la souveraineté internationale, le Togo a opté pour une politique extérieure réaliste et pragmatique fondée sur la recherche constante de la paix et de la promotion de l’amitié, de la solidarité et de la coopération entre les Etats et les peuples’’ a-t-il ajouté.

 

Depuis quelques années, le Togo sous l’impulsion du chef de l’Etat, a opté pour une diplomatie active axée sur l’engagement et ‘’l’attachement farouche, à la paix et à la sécurité nationales, régionales et internationales’’, concrétisée par ’’l’engagement du Togo dans plusieurs opérations de maintien de la paix en Afrique, notamment en République Centrafricaine, en Guinée-Bissau, au Darfour, au Libéria, d’une part, et dans les Caraïbes, en Haïti, d’autre part’’ a précisé le ministre Robert Dussey.

Le cas de la menace et des massacres de Boko Haram au Nigéria, au Caméroun et d’autres pays de la sous région ouest africaine, ont été cités en exemple par le ministre.

 

‘’Jamais le monde n’a fait autant face à la recrudescence du terrorisme, de la violence, de la cruauté et de la barbarie qu’il en connaît de nos jours. Les divers groupes terroristes, dont Alqaïda Aqmi, Daesh, Boko Haram et le Mujao qui sèment la terreur, la désolation et la mort à travers le monde, et particulièrement en Afrique de l’Ouest, constituent des obstacles réels face à la volonté implacables des nations d’édifier une paix durable’’ a mentionné le chef de la diplomatie togolaise.

‘’Pour le président Faure Essozimna Gnassingbé, Boko Haram est une menace régionale et face à une menace régionale il faut une réponse régionale’’ a t-il souligné.

 

Dans la suite de sa présentation, il renchérit cette position du chef de l’Etat en formulant que ‘’Les prise d’otages, les persécutions criminelles récurrentes et les actes cruels perpétrés contre les hommes, les femmes et les enfants par Boko Haram dans la région ouest africaine ne peuvent que susciter l’indignation, la réprobation et la condamnation du Togo qui demeure un ardent défenseur de la paix, de la sécurité et de la liberté, autant pour les peuples que pour les individus’’. 

 

La question du virus Ebola, celle d’insécurité maritime, de trafic de drogue, de la criminalité transfrontalière en Afrique de l’Ouest et dans le Sahel, de la cohésion et de la réconciliation nationale, des libertés publiques et individuelles, des reformes constitutionnelles et institutionnelles, de la bonne gouvernance et de l’Etat de Droit au Togo ont été abordées et débattues lors de la rencontre et surtout des élections présidentielles pour lesquelles le pays se prépare.

‘’C’est donc dans des conditions rassurantes que notre pays organisera, au cours de cette année, l’élection présidentielle. Pour celle-ci, le chef de l’Etat s’est porté devant le peuple, le 31 décembre dernier, garant de la bonne tenue du scrutin, confirmant ainsi son engagement à mettre tout en œuvre pour que cette élection se déroule dans a transparence, la paix et la sérénité’’ a t-il fait remarquer.

 

La préoccupation majeure du chef de l’Etat de voir les conditions socio-économiques du Togo évoluer ont également fait l’objet de cet exposé et des échanges fructueux qui en est suivi lors du débat.

‘’Pays à économie libérale, le Togo s’est engagé depuis plus d’une décennie, dans un processus de performances économiques et de réalisation de la croissance économique’’ a précisé le ministre.

‘’Inscrites au rang des priorités du Gouvernement togolais, la Gouvernance économique s’est traduite par de nombreuses réformes entreprises au niveau des finances publiques’’ a soutenu le ministre Robert Dussey qui a rassuré les membres de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française.

 

On reconnaissait dans l’assistante des têtes connues : Pierre Lellouche, André Santini, Nicolas Dupont-Aignan, François Loncle, Thierry Mariani, Marion Maréchal-Le Pen et Jean-Yves Le Bouillonnec, président du groupe d’amitié France-Togo.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

 

Advertisement