pub
International

Face au fléau du terrorisme, Paris s’est armée de ”Charlie”, dans un esprit de fraternité et de rassemblement

Advertisement

Une marche républicaine de grande ampleur a eu lieu ce dimanche 11 janvier dans les rues de Paris pour donner un signal fort ’’aux ennemis de la République’’, après les attaques meurtrières perpétrées par les terroristes contre ’’Charlie Hebdo’’ et les prises d’otages soldées par des morts. Du jamais vu dans l’histoire de la France, cette mobilisation populaire avec la participation de plus d’une quarantaine de chefs d’Etat, pour exprimer le désarroi et rendre hommage aux victimes d’une attaque terroriste. Même, suite à l’attaque des tours jumelles Word Trade Center à New York, le monde entier ne s’est pas pour autant levé comme un seul homme pour crier haro. Paris a été en ces derniers jours, le centre d’intérêt des discussions, des articles de journaux, des sujets d’informations sur les médias, et particulièrement sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités, pas des moindres, des représentants d’organisations internationales et européennes, sont restés soudés autour de François Hollande pour désavouer ce que beaucoup ont qualifié de barbarie et de tragédie.

 

Montrer que le monde entier dans sa majorité reste solidaire avec le peuple français, lui qui vient d’être frappé de plein fouet en ce début d’année à travers l’attaque terroriste qui s’est déroulée en plein jour et en plein cœur de Paris. Le lieu et le temps de l’attaque ne sont pas fortuits. Les commanditaires ont voulu frapper là où cela pourrait faire le plus mal à l’hexagone et démystifier toute la stabilité et la sérénité dont a toujours fait l’objet la France, et particulièrement sa capitale Paris qui n’a jamais connu une attaque terroriste d’une telle ampleur depuis ces derniers 50 ans.

L’information était twittée comme une info insolite et un fait divers en ce début de matinée de mercredi 07 janvier. Les réseaux sociaux seront inondés dans les minutes qui suivront avec la confirmation sur les chaînes d’informations reprenant l’information en boucle. Sur France 24, I Télé, Euro News…il est annoncé à la Une que Paris est attaquée dans son 11è arrondissement, Rue Nicolas Appert où se trouve le siège du journal ’’Charlie Hebdo’’.

 

L’équipe du journal satirique a perdu 10 membres de sa famille professionnelle, qui ont péri dans les fusillades. Un autre policier abattu à bout portant à proximité du lieu de l’attaque sanglante, portant le nombre du bilan de morts à 12. Paris va déclencher dans les heures qui viennent le plan Vigipirate mis en veilleuse depuis quelques moments.

Une course poursuite contre les terroristes est amorcée. Deux suspects fortement annoncés sont dans la ligne de mire de la police d’investigation. Les terroristes ont commis une erreur qui sera à leur défaveur dans leur plan d’exfiltration de la ville et plus tard de la France, voulant échapper ainsi à l’autorité mise à leur recherche. Un des frères Kouachi, auteurs de l’attaque à fusils d’assaut, a égaré sa carte d’identité avec sa vraie photo passeport dans la voiture utilisée lors du carnage.

CHARLIE-2.jpg

 

 

Cette seule pièce à conviction suffit pour les unités d’investigation de vite avancer dans leurs enquêtes. Le reste évidemment, n’a été qu’un jeu d’enfant pour que les deux suspects soient étouffés dans une traque sans merci. Un appel à témoins est lancé avec un numéro vert, les portraits photos affichés dans presque tous les endroits stratégiques de Paris et d’autres villes de la France, les médias classiques diffusant les images des frères Kouachi, sans oublier les médias sociaux…Ils sont cernés et finalement dans leur dernier retranchement, sont obligés de monnayer leur liberté au prix de la sauvegarde de la vie d’un otage qu’ils ont pris dans la ville de Dammartin-en-Goële à 40 Km environ de la capitale. Leur enchère n’aura pas gain de cause. L’assaut final conduit par le GIGN ne leur laissera aucune chance de survie. Fin de parcours de deux frères qui ‘’en voulant tuer un journal, seront finalement tués dans une imprimerie’’ ironise sur les réseaux sociaux quelques internautes.

 

Même sort pour le 3ème larron qui avait déjà tué quatre juifs dans la prise d’otage d’un supermarché à la porte de Vencennes, n’aura non plus de chance que ses complices, les frères Kouachi. Il sera tué au terme d’un assaut déclenché quelques minutes plus tard après celui de Dammartin-en-Goële.

Paris revit et regagne ses débuts d’air de liberté après les 48 heures les plus effroyables et les plus pénibles durant lesquelles les attaques terroristes et les prises d’otages ont failli lui couper le souffle.

 

Bilan définitif des victimes des attaques terroristes, 17 morts auxquels Paris et toute la France ont tenu à rendre un vibrant hommage le dimanche dernier lors d’une marche républicaine.

Après les rassemblements spontanés de mercredi soir en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, les Français sont invités à se rendre à cette marche républicaine, le dimanche 11 janvier, pour honorer la mémoire de l’ensemble des 17 victimes.

 

Initiée par le Parti socialiste, la marche républicaine aura l’adhésion du Parti communiste, Europe Écologie-Les Verts, du Mouvement républicain et citoyen, du Parti radical de Gauche et de l’UMP.

 

La grande marche républicaine a connu une adhésion sans pareille dans l’histoire de lutte commune contre le terrorisme et le fanatisme islamiste. Une mobilisation monstre qui enregistrera la présence de plusieurs chefs d’Etat et chef de Gouvernement dont Benyamin Netanyahu (Israël), Mahmoud Abbas (Palestine), Angela Merkel, David Cameron. Parmi les personnalités, on notait la présence ds présidents Africains Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Faure Gnassingbé (Togo), Yayi Boni (Bénin)…

Un après-midi de dimanche où les rues de Paris, de la Place de la République à la Place de la Nation en passant par la place de la Bastille sont bondées par une foule sans précédent depuis la Libération.

Le pavé parisien a été battu. Les Marseillaise spontanées fusent dans le cortège d’où s’échappent les « Charlie ! Charlie ! », « Liberté » et d’où l’inscription ‘’Je suis Charlie’’ était en attraction dans Paris, tout comme à Marseilles, à Nantes, à Toulouse, à Perpignant, à Bordeau, à Metz… et même en dehors de la France.

 

La France s’est mise debout comme un seul homme dans un grand esprit de fraternité pour dire non au nouveau fléau des temps contemporains que sont le terrorisme, l’atroce barbarie et le fanatisme islamiste. 

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement