pub
Santé

Cédéao : Malgré la lutte sous régionale contre l’épidémie à virus Ebola, la situation épidémiologique est loin d’être sous contrôle

Advertisement

Comme c’était déjà annoncé au dernier trimestre de l’année 2014, une réunion de haut niveau a réuni ce 16 janvier à Accra (Ghana), les décideurs et acteurs de premier plan de la Cédéao pour des travaux d’échanges et de réflexions portant sur les enjeux et défis liés à la lutte contre l’épidémie Ebola qui sévit dans certains pays de la sous-région, notamment la Sierra Léone, la Guinée et le Libéria.

 

Cette tribune que les chefs d’Etat et de Gouvernement de la sous-région veulent saisir pour se permettre de développer les synergies en matière de lutte contre le virus Ebola, a vu la présence des dirigeants des pays de la Cédéao dont le président Faure Gnassingbé du Togo, superviseur de la Cédéao pour la lutte contre l’épidémie, et des partenaires bilatéraux et multilatéraux.

‘’Nous avons hérité de l’année 2014, une crise internationale de santé publique majeure. L’épidémie de la maladie à virus Ebola qui a semé une véritable psychose au sein de nos populations, continue de préoccuper l’ensemble de la planète’’ a formulé le chef de l’Etat lors son discours prononcé lors de la rencontre.

 

Il faut retenir qu’aux premières heures de l’annonce de l’épidémie dans la sous région, la Cédéao a pris la mesure des enjeux, en initiant sur le plan institutionnel, une série de démarches ayant permis à la communauté de s’engager activement dans la lutte contre la propagation de l’épidémie.

Il fallait une approche commune et cela a été une adhésion en faveur de la synergie qu’il faut pour une riposte de taille. Ce dont s’est félicité le chef de l’Etat. ‘’Il faut à cet égard, se féliciter de la prise de conscience au niveau politique le plus élevé de l’urgence d’une approche commune de la lutte. Celle-ci s’est traduite, entres autres, par l’adoption d’un Plan régional intégré de riposte contre l’épidémie, la mise en place d’une coordination et d’une supervision à l’échelle sous-régionale ainsi que le lancement d’un Fonds régional de solidarité pour la lutte contre Ebola, placé sous l’égide de la CEDEAO’’, a précisé le président Faure.

 

Tout en témoignant toute la reconnaissance qu’il a adressée aux partenaires bilatéraux et multilatéraux, Faure a invité tous les acteurs et toutes les parties prenant à ne pas baisser de bras face au fléau.

‘’Les initiatives prises par les uns et les autres, n’ont pas été vaines. Mais il nous faut prolonger nos efforts, en travaillant davantage en synergie, afin que nos différentes actions concourent à la mise en œuvre effective de notre plan régional intégré de riposte contre l’épidémie. J’appelle donc toutes les parties prenantes, à mutualiser leurs efforts, leurs moyens et leurs interventions pour soutenir les victimes, à prévenir les nouveaux cas et à accompagner la reconstruction des pays les plus touchés’’ a-t-il soutenu.

 

Malgré tous les efforts portés par les différents acteurs et décideurs ainsi que l’ensemble des partenaires impliqués, la victoire sur les ravages de cette épidémie n’est pas encore effective. Certes, il y a quelques ‘’signaux encourageants’’ enregistrés dans les efforts de lutte le virus Ebola, ‘’mais la situation épidémiologique est loin d’être sous contrôle’’ a reconnu le président Togolais.

 

A cet effet, il a lancé un appel à tous et à toutes de retrousser les manches pour plus d’actions et de redoubler d’effort, de vigilance pour bouter définitivement hors de nos foyers et de nos pays cette épidémie dont l’étouffement reste conditionné par la mutualisation des forces. Un appel a été également fait pour convier les uns et les autres à s’approprier des différents instruments adoptés au niveau sous régional et communautaire, de lutte et de réponse au virus Ebola.

‘’Le Plan régional opérationnel intégré de réponse au virus Ebola, adopté par la Cédéao a tracé des lignes directrices claires. La feuille de route apporte également des précisions utiles sur la conduite à tenir. Il nous revient dès à présent de reprendre résolument à notre compte, les axes majeurs d’intervention retenus par les instances sous-régionales’’ a rappelé le président Faure.

 

Il n’a pas manqué de déplorer la stigmatisation et l’isolement strict dont souffrent le plus les victimes. La marginalisation attise ‘’la détresse des personnes touchées par la maladie et qui, par peur d’être mises à l’index, ont tendance à fuir les hôpitaux et les centres de santé’’ a-t-il relevé.

‘’La réduction du nombre de malades’’, ‘’du taux de létalité’’, ‘’du taux de contamination’’ et à terme ‘’l’éradication de l’épidémie’’ sont les résultats concrets auxquels les attentes sont rivées dans la lutte et mesure de riposte contre l’épidémie.

PHOTO_FINALE_EBOLA.jpg

 

 

Tout en énumérant ces aspects concrets et pragmatiques sur lesquels les esprits doivent s’accorder pour ne pas perdre de vue la lutte commune contre la maladie, le président Faure s’est projeté dans l’avenir pour inviter les uns et les autres à tirer des leçons pour le futur. ‘’Je souhaite que nous cherchions ensemble les moyens de nous affranchir du diktat de l’urgence, pour penser aussi à l’avenir’’ a t-il mentionné.

‘’A l’avenir et pour mieux faire face aux crises sanitaires aiguës comme celle que nous traversons aujourd’hui, nous devons œuvrer au renforcement de nos systèmes de santé nationaux, en augmentant les ressources qui leur sont destinées dans les budgets nationaux, conformément à la déclaration d’Abuja’’ a renchérit le chef de l’Etat devant ses paires.

 

Rappelons que l’épidémie d’Ebola semble connaître un léger fléchissement en Afrique de l’Ouest, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Le nombre de nouveaux cas dans les trois pays les plus touchés par la fièvre hémorragique est en baisse, si on se réfère aux derniers rapports de l’organisation sur la question.

 

Le président togolais, superviseur de la Cédéao pour la lutte contre l’épidémie a salué cette confiance que ses paires ont porté en lui en lui confiant cette responsabilité de haut niveau qui est à la mesure de la volonté et de la reconnaissance des chefs d’Etat de la communauté sous régionale. Il s’agit d’une reconnaissance de la légitimité dont il est à la hauteur pour pourvoir mener à bien cette mission majeure et de grande portée.

 

Il a accordé, lors de son séjour à Accra, des entretiens à plusieurs personnalités de haut niveau dont les premiers Responsables au plan international des organismes et organisations impliqués dans la santé et autres domaines d’intervention dans la riposte et la lutte contré l’épidémie à virus Ebola.

 

Il est à retenir qu’aucun cas de fièvre hémorragique n’a été signalé au Togo jusqu’à présent.

 

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement