Advertisement
Economie

La CEET, à l’étape de mobilisation du fonds pour son « Plan directeur des infrastructures d’énergie électrique du sous-secteur de l’électricité »

La Compagnie Energique Electrique du Togo (CEET), dans sa politique d’accès à l’électricité pour tous, a organisé une table ronde des bailleurs de fonds ce jeudi à Lomé, dans le but d’attirer l’attention des investisseurs sur le projet Plan Directeur des Infrastructures d’énergie électrique du sous-secteur de l’électricité.



Au cours de cette rencontre, la CEET a présenté son « ambitieux » projet d’investissement d’une période couvrant l’horizon 2028 aux partenaires financiers. Pour sa réalisation, en réalité, ce projet a besoin d’un financement à hauteur de 170,35 milliards de francs CFA sur trois périodes de 5 ans chacune.



Parmi les investisseurs présents à la rencontre, on notait la présence de l’Agence Française de Développement (AFD) dont le directeur Benoît Lebeure déclare plaider la cause de la CEET dans sa démarche de politique d’accès à l’électricité pour tous.



« Aujourd’hui, il s’agit de définir un programme d’investissement futur et l’objectif de cette journée est de concevoir particulièrement le programme pour le développement des activités de la CEET, en terme de déclinaison de ses priorités afin de permettre à chacun d’y répondre aux mieux de ses moyens  », a-t-il indiqué.



Pour le directeur général de la CEET Gnandé Djeteli, il se présente fondamental, dans le cadre de la mise en oeuvre de ce projet d’investissements, de soumettre celui-ci aux partenaires financiers avec l’espoir de mobiliser des ressources financières nécessaires au financement des projets issus du Plan Directeur des Infrastructures d’énergie électrique du sous-secteur de l’électricité.



« Nous avons un programme ambitieux de développement des infrastructures et il faut aller à la recherche du financement. Et pour les trouver, il faut quand même convaincre les institutions financières en faisant des présentations et en présentant notre plan d’affaire », a-t-il précisé.



Ouvrant les travaux de cette rencontre, le ministre des Mines et de l’Energie, Dammipi Noupokou a dans son intervention, relevé l’engagement du gouvernement togolais « défendant dans une politique de renforcement du parc national de production de la diversification des sources d’approvisionnement en donnant une part non négligeable aux énergies renouvelables ».



En rappel, ce projet dont la première réalisation nécessite une valeur globale de 15 milliards de francs CFA, a été validé lors d’un atelier le 06 novembre dernier avec l’expertise du cabinet SNC-LAVALIN.

 

Joseph Ahodo

Togoportail, toute l’information à votre portée